Un employé de Tesla refuse un million de dollars et déjoue une tentative de ransomware

Aux Etats-Unis cet été, un employé d’une grande usine Tesla a été contacté par un pirate informatique russe lui offrant la coquette somme d’un million de dollars pour introduire un virus dans le système informatique de l’entreprise. L’employé n’a pas accepté l’offre, préférant protéger son entreprise.

L’histoire digne d’un roman d’espionnage a été dévoilée cette semaine dans une plainte rendue publique. Elon Musk, PDG de Tesla, a confirmé ce vendredi 28 août que c’est bien son entreprise qui était visée.

Tout a commencé à la mi-juillet, lorsque le Russe Egor Igorevich Kriuchkov, 27 ans, s’est reconnecté via WhatsApp avec un employé de l’usine Tesla de Reno (Nevada) qu’il connaissait depuis deux ans pour l’avertir de son arrivée à ESTÉtats Unis.

Une grosse rançon évitée

Deux semaines plus tard, les deux hommes ont passé quelques jours de vacances à Lake Tahoe avec d’autres employés de l’entreprise. C’est au cours de cette escapade que le pirate a demandé à l’employé de l’usine, qui fabrique les batteries pour les voitures, d’introduire un virus dans le système informatique pour un million de dollars. Selon les informations contenues dans la plainte, le jeune Russe avait proposé de faire porter le chapeau au salarié à l’un de ses collègues, à qui il souhaiterait peut-être «donner une leçon».

Egor Igorevich Kriuchkov espérait ainsi récupérer les données du fabricant, afin de demander ensuite un important une rançon. Mais il a été dénoncé le lendemain au FBI, qui a alors commencé à surveiller les réunions des deux hommes. C’est au cours de l’une d’entre elles que la police a appris que le hacker faisait partie d’un réseau spécialisé dans ce type d’action, qui aurait récemment extorqué quatre millions de dollars à une victime.

L’employé aurait demandé une avance quelques jours plus tard, ce qu’Egor Igorevich Kriuchkov a refusé avant d’annoncer qu’il mettait fin à son plan. Le hacker a été contacté par le FBI juste avant sa tentative de fuite des États-Unis. Il a été mis en examen pour complot et encourt une peine de cinq ans de prison avec une amende de 250 000 $.

Retrouvez toute l’actualité des Etats-Unis ICI

READ  Le e-commerce se porte bien en France, AliExpress chinois en profite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *