Trump va annoncer l’autorisation du traitement plasma

La transfusion de ce plasma qui contient des anticorps vise à permettre aux patients d’éliminer plus rapidement le virus et à limiter les dommages à l’organisme. Si le traitement a déjà produit des résultats, son efficacité exacte est toujours débattue et il existe un risque d’effets secondaires et de transmission d’agents infectieux.

Donald Trump devait annoncer dimanche soir l’autorisation d’urgence de la transfusion de plasma sanguin de personnes guéries du coronavirus à des patients hospitalisés, ont indiqué dimanche plusieurs médias américains, un traitement déjà largement utilisé aux Etats-Unis.

La transfusion de ce plasma qui contient des anticorps vise à permettre aux patients d’éliminer plus rapidement le virus et à limiter les dommages à l’organisme. Si le traitement a déjà produit des résultats, son efficacité exacte est toujours débattue et il existe un risque d’effets secondaires et de transmission d’agents infectieux.

«Le plasma des personnes en convalescence fonctionne probablement, bien que cela devrait être confirmé par des essais cliniques, mais pas comme traitement d’urgence pour les patients gravement malades», prévient le Dr Len Horovitz, interne respiratoire au Lenox Hospital Hill à New York.

Selon lui, ce serait plus efficace s’il était administré dès les premiers signes de la maladie, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Une “avancée thérapeutique majeure”?

Dans un tweet annonçant la conférence de presse du président en fin de journée dimanche après-midi, la porte-parole de Donald Trump, Kayleigh McEnany, a évoqué l’annonce par Donald Trump d’une “avancée thérapeutique majeure”.

Mais l’Agence américaine des médicaments (FDA) a déjà autorisé la transfusion de plasma de personnes rétablies du coronavirus sous certaines conditions, dans le cadre d’essais cliniques ou pour des patients en situation désespérée.

READ  Donald Trump se heurte à son directeur de la santé sur la disponibilité d'un vaccin

Selon le Washington Post, plus de 70 000 patients ont déjà reçu une transfusion de plasma prélevé sur des convalescents. Interrogée par l’Agence France-Presse (AFP), la Maison Blanche n’a pas immédiatement donné suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *