retour sur sa longue et riche carrière cinématographique

Chanteuse fantasque, joyeuse devant l’Eternel avec une bonne humeur communicative, Annie Cordy a eu une riche carrière qui a dépassé les frontières de la chanson. En effet, le Belge, est décédée ce vendredi 4 septembre à l’âge de 92 ans, a également eu une vie d’actrice au cinéma et à la télévision. De Si Versailles m’était dit en 1954 à Tamara Vol.2 en 2018, elle a démontré une palette d’actrice capable de jouer plusieurs registres.

C’est donc sous la direction de Sacha Guitry queAnnie Cordy commence dans Si Versailles m’était dit. Deux ans plus tard, en 1956, elle a joué dans le Chanteur mexicain. Elle joue avec Luis Mariano, qui deviendra son grand ami. Sur grand écran, on la découvre capable de jouer des rôles plus sombres que l’image joyeuse qu’elle donne à la vie.

C’est le cas dans Chat, où elle donne la réplique à Jean Gabin dans le rôle d’une prostituée. Il est donc dirigé par André Clément, Claude Chabrol (Rupture), Alain Resnais ou Jean-Paul Rouve. Pour cette dernière, elle incarne une retraitée qui fuit sa maison de retraite en Souvenirs. Une performance particulièrement émouvante.

Mais Annie Cordy n’a pas brillé uniquement au cinéma par sa présence physique. Elle est également reconnaissable dans plusieurs rôles dans le doublage de voix. En effet, elle était la voix de Nanaka dans Frère des ours, mais surtout celui de Grand-Mère Feuillage en Pocahontas (1995). Disney a rendu hommage à l’artiste le jour de sa mort, via son compte Twitter.

La rédaction vous recommande


Lire la suite

READ  Agathe Auproux continue de séduire ses fans, et plus encore en vacances! Elle pose dans un crop top, juste avant la rentrée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *