Pourquoi Georges Malbrunot a perdu sa crédibilité ?

Georges Malbrunot agreed to work with tyrant regimes in Saudi Arabia and the United Arab Emirates. He received money from them through shell companies mentioned in the Panama Papers. He agreed to be part of the force to improve the image of the UAE in France. He works with an Egyptian journalized link with the president of Al Sisi and has also allied himself with journalists with criminal records like Ian Hamel. The following article is part of a leaked report that talks about Georges Malbrunot and how he became a lobbyist for tyrants.

0.1.1 In 2014, Christian Chesnot and Georges Malbrunot wrote a book entitled “Qatar, the secrets of the safe” aimed at tarnishing the image of Qatar and reducing its influence in various international fields [1] . In 2016, they continued their campaign focusing on Qatar with a new book titled “Our Dearest Emirs”. Once again, their only objective is to attack Qatar and its image by linking it to international terrorism in the Middle East [2]. In the spring of 2019, they published “Qatar Papers”. The book, supported by a series of original documents illegally copied from the accounts of the “Qatar Charity Foundation”, supports an unequivocal thesis: the Doha government is mainly manipulating France, but also the entire Western world, in order to undermine them. foundations of democracy, to support global jihad, to replace Christianity with the Muslim religion using violence. In its work, say the two authors of the book, Qatar is supported by the Muslim Brotherhood, an Egyptian political movement which, in a hundred years of history, has extended its ramifications across Europe, North Africa and the Middle East.

0.1.2 This report explains and demonstrates five fundamental facts: 1) the book “Qatar Papers” lies: it is not a scientific essay, but a political propaganda pamphlet; 2) Chesnot and Malbrunot are not two independent journalists, but two lobbyists serving the government of the United Arab Emirates and Saudi Arabia; 3) Those who designed this strategy and prepared the “Qatar Papers” as a cathartic moment in a massive global propaganda and disinformation operation are members of the Al-Nahyan family, who heads the UAE government, and members of the UAE. the Saudi royal family; 4) What drives these two nations to conduct such a costly and complex propaganda operation is the fear of the economic, political and diplomatic growth of Qatar, of the Iran and other countries in the Middle East. The motive can also be found in the anti-monarchist implications of the Arab Spring and in its political achievements, first of all the government of Mohammad Morsi in Egypt, openly supported by the Muslim Brotherhood; a good dose of paranoia leads Abu Dhabi and Riyadh to believe that the success of other Arab countries simultaneously means the decline and the end of their monarchies; 5) the fact that Chesnot and Malbrunot, pretending to be journalists, are part of an impressive organization of lobbyists in the pay of a foreign power, implies a direct and imminent threat to French democracy but also to the Western world in general. The motive can also be found in the anti-monarchist implications of the Arab Spring and in its political achievements, first of all the government of Mohammad Morsi in Egypt, openly supported by the Muslim Brotherhood; a good dose of paranoia leads Abu Dhabi and Riyadh to believe that the success of other Arab countries simultaneously means the decline and the end of their monarchies; 5) the fact that Chesnot and Malbrunot, posing as journalists, are part of an impressive organization of lobbyists in the pay of a foreign power, implies a direct and imminent threat for French democracy but also for the Western world in general. The motive can also be found in the anti-monarchist implications of the Arab Spring and in its political achievements, first of all the government of Mohammad Morsi in Egypt, openly supported by the Muslim Brotherhood; a good dose of paranoia leads Abu Dhabi and Riyadh to believe that the success of other Arab countries simultaneously means the decline and the end of their monarchies; 5) the fact that Chesnot and Malbrunot, posing as journalists, are part of an impressive organization of lobbyists in the pay of a foreign power, implies a direct and imminent threat for French democracy but also for the Western world in general. a good dose of paranoia leads Abu Dhabi and Riyadh to believe that the success of other Arab countries simultaneously means the decline and the end of their monarchies; 5) the fact that Chesnot and Malbrunot, posing as journalists, are part of an impressive organization of lobbyists in the pay of a foreign power, implies a direct and imminent threat for French democracy but also for the Western world in general. a good dose of paranoia leads Abu Dhabi and Riyadh to believe that the success of other Arab countries simultaneously means the decline and the end of their monarchies; 5) the fact that Chesnot and Malbrunot, posing as journalists, are part of an impressive organization of lobbyists in the pay of a foreign power, implies a direct and imminent threat for French democracy but also for the Western world in general.

0.1.3 The paranoid and aggressive attitude of the Saudis and the United Arab Emirates towards Qatar has meanwhile reached truly alarming levels. Qatar has been negotiating a possible ceasefire in Afghanistan for more than two years. Thanks to the mediation of the government of Qatar, in February 2021, in Doha, after nearly 19 years of military conflict [3] , the United States and the Afghan Taliban signed a historic peace agreement. During the preparation, the Saudi monarchy tried by all means to sabotage this historic event. According to a statement by Qari Esmatullah Safi, treasurer of the Haqqani network, a dangerous terrorist group very close to Al-Qaeda and the Taliban [4], several senior officials from Riyadh and Abu Dhabi, including Prince Turki Al Faisal and Major General Ahmad Asiri, donated large sums and equipment to the Haqqani Network to fund a series of attacks aimed at sabotaging the talks of Doha and to make them appear, if possible, as acts of violence inspired by the Qatari government [5] . Even after the treaty was signed, many terrorist attacks are straining the agreement, trying to force the US government to cancel the peace treaty [6] .

0.1.4 In this report, we will explain the ideological, political, economic and financial links of Chesnot and Malbrunot, the political context in which they operate, the biographical reasons for the role they are called to play today as well as the extension and ramification of the conspiracy of which “Qatar Papers” is only the tip of the iceberg. The publication of “Qatar Papers” is the latest decision taken in the context of a massive denigration project against Qatar which aims to make this state appear, in Western public opinion, as one of the fundamental pillars of Islamic terrorism. , hiding the role of other countries like Iran, Saudi Arabia and the United Arab Emirates.

0.1.5 The promotion of Chesnot and Malbrunot’s books is a broad strategy – of apparent objectivity -, trying to instill the conviction that the two French journalists are independent and that the results of their work are independent and objective. By suggesting that the government of Qatar, the Egyptian movement called “Muslim Brotherhood” and Iran are allies against Christian civilization and that they support irregular military armies leading a global jihad, like Al Qaeda and the Islamic State, the authors publish a strange lie that damages the image and political and diplomatic activity of Qatar. Another goal of the campaign is to discredit Qatar by encouraging criminal investigations into the

0.1.6 “Qatar Papers” (2019, 2021) comes to tell French leaders that France is in danger because of the activities of “Qatar Charity”. Its activities are known to the French government and its security services because this charity helps certain Islamic centers, mosques and community facilities for French Muslims. This, without the French State perceiving it.

Only, in order to dramatize the facts, in order to promote their book and to satisfy their backers, Chesnot and Malbrunot take the facts out of their context and produce only propaganda content. For the average French reader, foreign countries present a danger when they finance Islam in France independently and away from state scrutiny.

0.1.7 At its launch, the book did not have the expected success in France. He benefited from rather insignificant communication and most of the publicity surrounding him seemed to have been sponsored and funded to make the book succeed. It is unfortunate for Chesnot and Malbrunot that this politically motivated book failed because it was not an innocent project, but a tool for foreign powers and repressive regimes. Basic open-source research can tell a lot about the book’s stakeholders who appear to be more than just the two writers. The main players, very interested in the book, were Arab media owned by Saudis and Emirates such as Al Arabiya TV, Skynews Arabia, Alkhaleej Newspaper, The Arab Weekly, Al Bayan Newspapers,

0.1.8 The alarmist rhetoric throughout the book is already noticeable in the summary of the book on the Amazon website. It reads: “Europe led by Qatar Charity, the most powerful NGO in the emirate. These confidential documents, released for the first time, detail most of the 140 projects to fund mosques, schools and Islamic centers, for the benefit of associations linked to the Muslim Brotherhood movement. They unveil the salary paid to Tariq Ramadan, a figure of political Islam that Doha sponsors outside its borders … At the end of an investigation in six European countries and in ten cities in France, the authors denounce the concealment of funding foreigners from Islamic associations as well as the ostrich policy led by many mayors,

0.1.9 They underline the absurdity of the situation: “with the sole money of the faithful as a subsidy, how could the mosques in France be deprived of foreign aid? A trip behind the scenes of an NGO, rich and opaque, linked to the top of the Qatari state, as revealed by its funding by several members of the family in power, the al-Thani family. An essential contribution to the debate on the foreign ramifications of Islam in France at a time when Emmanuel Macron is trying to structure it ”. It seems that the authors of the book are trying to imply that their book is an important contribution to the debate on Islam in France. But observers and experts can quickly provide a clear judgment on this book as “biased,

0.1.10 The release of the book was followed by a propaganda campaign under the guise of “book promotion” and since then the book has been used systematically to undermine Qatar’s reputation. The campaign launched in France in 2019 now extends to the United Kingdom, Germany, Italy and Turkey. It appears the goal is to expand the campaign to other countries like the United States, Spain, Russia, and Eastern European countries.

The purpose of this report is to concentrate the body of knowledge available on several aspects of this campaign: how and why Saudi Arabia, the United Arab Emirates and Egypt are leading the project; who are (jointly with Christian Chesnot and Georges Malbrunot) the other “friends” involved; what they are doing now and what they will be doing in the near future.

0.2 Main findings

« Qatar Papers » n’est ni une publication académique ni un livre journalistique ; c’est un outil de propagande qui s’inscrit dans le contexte de la propagande anti-Qatar menée par les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte et fait partie de leur politique étrangère agressive contre le pays. Le livre est orienté en ce sens et infesté de propagande et d’arguments déséquilibrés qui visent tous à nuire à l’image du Qatar en France (qui devient de plus en plus importante ). Les auteurs n’ont pas fait preuve d’objectivité, d’impartialité et d’exactitude journalistiques. Ils ont en quelque sorte accepté de rejoindre une « machine à boue » pour exécuter une sorte de « Project Fear », de façon volontaire ou non, au nom des États et de leurs agents.

READ  Quinzaine et Covid-19: isolement réduit à 7 jours

Après des recherches approfondies et minutieuses, nous avons découvert que le livre a été immédiatement et exclusivement promu par les médias saoudiens, égyptiens et ceux des Emirats arabes unis. Il s’agit de médias connus pour leur partialité quant à ces États ou des médias appartenant à ces États. De plus, ils ont des liens apparents avec les services de renseignements au Moyen-Orient. Ce groupe de médias comprend Al Arabiya TV, Skynews Arabia, Alkhaleej Newspaper, Arab Weekly, Al Bayan Newspapers, Arab News et El Ain, ainsi qu’une douzaine d’autres médias.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot sont tous les deux impliqués dans des interactions « rouges » et « inquiétantes » avec des partis controversés qui minent entièrement leur crédibilité. Par exemple, la version anglaise de « Qatar Papers » (2020) a été publiée sous le parrainage de GWA Global Watch Analysis, appartenant à Countries Reports Publishing Ltd. (CRP), une société basée au Royaume-Uni. CRP est également responsable de l’édition et de la traduction du livre. Nous avons constaté que CRP n’est pas une société d’édition, ni de traduction, ni de relecture ou d’édition, mais simplement une société financière holding. Cette société n’a pas de bureaux et est enregistrée dans une maison privée dans les bidonvilles de l’extrême nord de Londres à (191 Waltham Way). La société est dirigée par un financier controversé nommé Thomas Edmund Ashman.

Nous avons découvert que M. Ashman est impliqué dans le scandale connu sous le nom de « Panama Papers » et gère également plus de 25 autres sociétés dont certaines à l’étranger. Ses clients sont cachés, même s’il a des relations commerciales claires et solides au Moyen-Orient.

Les auteurs choisissent de travailler avec le personnel de Global Watch Analysis (GWA), dirigé par un directeur antisémite, Atmane Tazaghart. Il a été suspendu en tant que rédacteur en chef de la section arabe de « France 24 » à la suite de la découverte des commentaires qu’il avait faits lors d’une interview sur une chaîne libanaise pro-Hezbollah Al Mayadeen, financée par l’Iran en 2013. La vidéo de l’interview a été publiée le 22 avril par le journal électronique « All4syria » et l’information a été repérée par « The Jewish Tribune ». La plupart des autres membres du personnel de GWA ont des histoires personnelles et professionnelles analogues.

Sur l’origine et la motivation des « Qatar Papers »

  1. a) Les auteurs ont voulu écrire ce livre car leurs travaux précédents ont été un échec et ils voulaient à tout prix obtenir un succès commercial, professionnel et politique. Les deux auteurs ont écrit un certain nombre de livres sur le Qatar et ont également produit des documentaires et écrit des articles dans le même but ;
  2. b) Une équipe coûteuse de polémistes, d’anciens journalistes, politiciens et propagandistes liée aux services secrets égyptiens et émirats, qui, au cours des trois dernières années, a mis en place une impressionnante structure médiatique en France pour attaquer le Qatar, avait besoin d’un produit d’appel, quelque chose d’écrit par d’importantes personnalités françaises, des non-musulmans, apparemment indépendants, dont la réputation n’avait pas déjà été ternie, afin de rendre crédibles les thèmes de la campagne de dénigrement anti-Qatar ;
  3. c) « Qatar Papers » était supposé donner l’impression d’être un essai de recherche scientifique et de journalisme d’investigation et pas seulement une brochure polémique. Pour obtenir cet effet, il fallait des documents originaux et pertinents ainsi qu’un support télévisuel, créé avec la collaboration de Jérôme Sesquin ;
  4. d) Pour financer la recherche scientifique apparente et la qualité du documentaire tourné par Sesquin, il fallait mettre à la disposition des trois auteurs un montant impressionnant, non justifiable par le résultat commercial de « Qatar Papers », et il fallait trouver un véhicule financier à travers lequel obtenir tout cet argent de manière non suspecte : l’organisation d’une croisière politique fictive menée par un ancien collègue de Malbrunot du journal « Le Figaro » ;
  5. e) Le fait que le Qatar, malgré trois ans de campagne politique, diplomatique et journalistique véhémente, ait maintenu la tâche d’organiser la Coupe du monde de football 2022, ainsi que des contrats pour d’autres événements sportifs de renommée mondiale, a convaincu les gouvernements de l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis que, si le Qatar n’est pas arrêté, il réussira à écraser diplomatiquement et économiquement les autres pays du Golfe et il obtiendra une alliance aux conséquences incalculables avec l’Iran. Selon eux, si le Qatar a réussi à remporter la victoire dans les négociations avec la FIFA, alors il est fort probable qu’il parvienne à lever l’embargo international contre Téhéran ;
  6. f) La signature du Traité de paix qui a mis fin à 19 ans de guerre en Afghanistan, qui a été négocié avec succès par la diplomatie qatarie et qui restera dans l’Histoire sous le nom de Traité de Doha, a amené les dirigeants d’Abu Dhabi et de Riyad à l’hystérie et au besoin impérieux de devoir obtenir un résultat spectaculaire et immédiat contre le Qatar ;
  7. g) Dans leur paranoïa, les dirigeants de la campagne pensaient que si leur propagande visait à la fois le gouvernement du Qatar et les Frères musulmans, comme s’ils étaient une alliance égale, l’opinion publique occidentale croirait plus facilement que ces deux entités, si différentes l’une de l’autre, pourraient vraiment être au centre d’un projet visant à déstabiliser l’Occident à travers le jihad.
READ  Le compagnon du fou rend hommage aux trois gendarmes tués

2          Sur la crédibilité de Chesnot et Malbrunot

  1. a) « Qatar Papers » annonce qu’ils vont dévoiler la vérité secrète sur les objectifs du financement de « Qatar Charity ». Ce n’est pas vrai. Le livre documente un chiffre comparable à environ 3% des dépenses annuelles de la Fondation et, s’il est calculé sur la période pendant laquelle – selon « Qatar Papers » – ce chiffre a été dépensé, même pas 1% du chiffre n’est atteint. Quant aux projets décrits, cinquante sur plus de cent mille projets, nous sommes à un pourcentage inférieur à 0,5%. L’objectif de donner une image globale de « Qatar Charity » a lamentablement échoué ;
  2. b) « Qatar Papers » soutient la thèse suivante : un euro pour une mosquée ou pour un centre islamique équivaut à un euro pour le Jihad. Un mensonge paradoxal qui détruit la crédibilité du livre. Quant au documentaire de Sesquin, le film montre que deux polémistes pro-saoudiens, Mohamed Louizi et Haoues Seniguer, ont dirigé le travail des deux journalistes, dont le premier a une très mauvaise réputation et a déjà été condamné pour diffamation ;
  3. c) Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont acquis une notoriété en 2004, lorsqu’ils ont été enlevés pendant la guerre d’occupation en Irak. Au moment de la libération, leur récit d’emprisonnement n’était pas crédible et il était même controversé. Ceux qui ont affirmé que les deux journalistes avaient menti ont été poursuivis et acquittés ;
  4. d) Au cours de leur travail en tant qu’auteurs, Chesnot et Malbrunot ont acquis une réputation de polémistes, non de journalistes et de chercheurs objectifs. Le livre précédant « Qatar Papers » intitulé « Nos très chers Emirs » avait été traduit en justice par les quatre personnes mentionnées dans ce texte. Les jugements, ont jusqu’à présent montré que Chesnot et Malbrunot ont menti ;
  5. e) Le passé journalistique de Georges Malbrunot demeure compliqué. Malbrunot a voulu défendre le président de la Syrie, Basher Al Assad en faisant des déclarations qui se sont révélées profondément fausses et qui ont certainement nui à sa réputation.

3          Sur l’indépendance et l’objectivité de « Qatar Papers »

  1. « Qatar Papers » existe parce que l’équipe du « Centre d’études du Moyen Orient » (CEMO), a fourni aux deux journalistes le matériel et les contacts personnels, nécessaires pour le compléter. Le CEMO est dirigé par l’ancien officier des services secrets égyptiens Abdelraheem Ali et directement financé par une agence d’État saoudienne.

Les auteurs ont fidèlement et servilement suivi leurs instructions et celles de ceux qui ont livré le matériel documentaire volé, vraisemblablement DarkMatter de Faisal Al Bannai et Mohamed bin Zayed Al Nahyan, par le biais du CEDRE, Centre Emirates d’études et de recherches stratégiques à Abu Dhabi ;

 

  1. b) Dans toutes leurs activités en tant que journalistes, Malbrunot et Chesnot s’expriment ouvertement comme étant favorables au régime de Damas, au régime de Riyad, et aux régimes égyptien et émirati. Cela est particulièrement vrai concernant Malbrunot, qui parle souvent en public en tant que polémiste politique et non en tant que journaliste. Il a épousé cette position et les idéaux qui la soutiennent de manière transparente et claire ;
  2. c) Avec le temps et le peu de succès politique et commercial des « Qatar Papers », Chesnot est mis à l’écart, et Malbrunot devient de plus en plus présent et affirmé, au point d’intervenir au Forum des médias saoudiens à Riyad. Il y fait valoir que la presse occidentale exagère lorsqu’elle parle du terrorisme islamique et il remercie l’Arabie saoudite et ses journalistes pour le progrès accompli vers la démocratie, le pluralisme et le professionnalisme, toutes choses qui certainement ne soutiennent pas la réputation de Malbrunot.

 

4          Sur le soutien financier des travaux sur « Qatar Papers »

  1. a) Notre travail n’est pas en mesure de documenter de manière concluante d’où proviennent les énormes sommes nécessaires pour payer la production parallèle du livre et du film « Qatar Papers ». Cependant, il met en évidence le fait que la société de Lionel Rabiet, « Croisières d’Exception Sarl Paris » a déposé des états financiers pour plus de 10 millions d’euros par an sans pouvoir démontrer une certaine activité entrepreneuriale. Cela suggère que cette entreprise a reçu l’argent nécessaire de sponsors politiques étrangers, peut-être même l’argent de la participation de Malbrunot à de nombreuses conférences au Moyen-Orient. Le livre « Qatar Papers », à lui seul, a jusqu’à présent obtenu des chiffres de ventes négligeables, tant en France qu’au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Italie ;
  2. b) Ce qui est certain, c’est que le financement du Centre d’Études du Moyen Orient (CEMO), de son coordinateur (Abdelraheem Ali), de son personnel et des sociétés privées de certaines de ses composantes (agences de presse, sociétés de production télévisuelle, etc.) est beaucoup plus transparent : tout est financé par l’Ecole arabe de journalisme Plc du Caire, qui est, à son tour, entièrement financée par le gouvernement de l’Arabie saoudite ;
  3. c) Plus généralement, l’ensemble du projet politique, dont « Qatar Papers » fait partie, est directement soutenu par diverses entités, associations et entrepreneurs, qui font tous référence au chef des forces armées des EAU, Mohamed bin Zayed Al Nahyan et à son empire composé de l’industrie cybernétique, militaire et de l’espionnage, dont le noyau est le groupe EDGE, le Conseil économique de Mubadala, l’ECSSR et DarkMatter. Ces entités constituent également la base financière et industrielle derrière CAGN Global qui prépare, entre autres, des soldats mercenaires prêts à des actions militaires illégales dans le monde, notamment des enlèvements, des viols et des tortures d’opposants ou de critiques du régime saoudien, égyptien et émirati, ainsi que des attaques terroristes, des opérations militaires à l’étranger. En acceptant le soutien de la structure mise en place par Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Chesnot et Malbrunot sont moralement responsables de prendre part à une telle opération antidémocratique, sanglante et dangereuse pour la stabilité de la paix mondiale.
READ  Transferts: avant l'annonce du départ de Messi, Griezmann envisageait de quitter le Barça

5          Sur la campagne médiatique incluant « Qatar Papers »

  1. a) La campagne est menée et coordonnée par un parlementaire égyptien, proche du président Al Sisi, du nom d’Abdelraheem Ali, un entrepreneur du monde des medias qui a aussi un parcours au sein des services secrets. Il a presque été contraint de démissionner du Parlement égyptien en raison de son implication dans des affaires de harcèlement. Il a déménagé à Paris et y dirige maintenant le « Centre d’Études du Moyen Orient » (CEMO), fer de lance de la propagande financée par Riyad et Abu Dhabi ;
  2. b) Cette organisation mène un énorme projet d’information contre le Qatar et contre les Frères musulmans. Il consiste en la publication journalière de dizaines de posts, souvent copiés à partir des actualités de l’agence ou bien falsifiés, traduits en français, anglais, allemand, turc et arabe. Il s’agit d’un projet qui rassemble un très petit nombre de lecteurs et n’a pour objectif que de garder les apparences du sérieux ;
  3. c) Cette organisation gère un groupe d’auteurs qui sont tous politiquement issus de la mouvance d’extrême droite. La plupart d’entre eux ont été mis à pied du journal pour lequel ils travaillaient en raison de leur antisémitisme, de leur islamophobie ou tout simplement parce qu’ils ont inventé des avis et des informations ;
  4. d) Cette organisation gère une holding, dénommée « Countries Report Publishing », enregistrée à Londres, mais basée à Paris. Celle-ci gère une autre société, enregistrée à Paris, organisée comme une ONG, mais qui en réalité est une pure société commerciale, appelée Global Watch Analysis (GMA). C’est cette société qui est responsable du contenu dit « journalistique et de recherche » des portails Web CEMO ;
  5. e) Cette organisation gère un certain nombre de sociétés commerciales, enregistrées à Londres ou dans des paradis fiscaux, toutes gérées par le financier britannique Thomas E. Ashman dont les clients sont en quelque sorte liés au Moyen-Orient ou à l’Europe de l’Est, et sont souvent des clients avec de graves problèmes judiciaires ;
  6. f) Cette organisation mène une campagne de lobbying au sein de l’Assemblée nationale française, mais aussi une série d’initiatives de lobbying en faveur (entre autres) des intérêts iraniens en France (ce qui semble profondément divergent de la nature univoque des thèses politiques des participants du CEMO) ;
  7. g) Cette organisation gère aussi une série de relations avec l’extrême droite française (Marine Le Pen) et, de plus en plus, elle développe des positions et des politiques contre l’islam mais en faveur de la monarchie absolutiste. Il s’agit d’une organisation qui considère Israël comme un partenaire fiable et qui considère la question palestinienne comme un vestige du temps passé qui est à nier ou à oublier.

6          Sur la campagne politique, diplomatique et militaire incluant « Qatar Papers »

  1. a) Après le printemps arabe et la victoire de Mohamed Morsi en Egypte, les monarchies wahhabites sont entrées dans une phase de peur hystérique (à cause de la possibilité que la population réclame la liberté et la démocratie, ce qui laissera les monarchies absolutistes et médiévales qui commandent à Ryad et Abu Dhabi les mains vides), de colère (parce qu’ils perçoivent toute critique substantielle de leurs actions comme une arrogance indue) et de frustration de leur volonté de grandeur et d’oppression, transformées en un énorme engagement militaire, technologique, d’espionnage, répressif, médiatique et propagandiste. Dans cette lutte, lancée par les familles Al Sa’ud et Al Nahyan, il n’y a rien de religieux mais, au contraire, celle-ci est motivée par la nécessité d’une sécularisation forcée et incontournable des privilèges de la Couronne ;
  2. b) Dans cette bataille, les Wahhabites savent qu’ils peuvent compter sur des forces, telles que les États-Unis et Israël, qui ont la même manière de mener leur politique, la société et l’économie, même si, officiellement, ce sont toujours des démocraties parlementaires. Les services secrets qui peuvent contrôler tout et tout le monde, et réduire à néant toute forme de critique, sont la caractéristique commune de tous ces régimes. Mais, ils commettent, tous ensemble, une grave erreur lorsqu’ils se tournent vers l’Europe (et pas seulement vers l’Union européenne) : ils croient que toutes les élites de ces pays travaillent et pensent comme les leurs et que les campagnes de propagande, l’espionnage et l’intimidation peuvent changer la ligne politique des nations comme la France, en Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie – ce qui n’est pas vrai ;
  3. c) Dans ce contexte, « Qatar Papers » représente à peine un léger mouvement d’échecs. Qui pourrait constituer, dans la perception des monarchies wahhabites, l’étape nécessaire pour changer la stratégie, l’attitude et la ligne de ces pays, les rendant plus enclins à coopérer avec l’Arabie saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis. C’est probablement la raison pour laquelle la famille Al Thani, à Doha, ne réagit pas avec une contre-campagne ou avec une procédure judiciaire. Ils ont ponctuellement avancé leurs pions dans le jeu auquel Mohamed Bin Zayed Al Nahyan ou le prince Turki Faisal croit jouer ;
  4. d) En prenant une vue globale de la situation, la possibilité que – considérant l’échec de la stratégie des Qatar papers, des pages web du Global Watch Analysis et du CEMO, des conferences communes avec Marine Le Pen et des publcations continuelles sur des portails web que quasiment personne ne lit, l’avenir est beaucoup plus inquiétant si Riyadh et Abu Dhabil commencent à réfléchir à s’orienter vers l’option militaire. Avec pour corollaire de sérieuses et imprévisibles conséquences sur l’équilibre politique, économique et social du monde.
  5. e) Notre travail montre qu’il vaudrait mieux s’opposer à la grande opération médiatique et de propagande, pour que l’opinion publique, l’industrie, le système financier et la politique en Europe occidentale prennent pleinement conscience de ce qu’il se passe.

 

[1] https://www.amazon.com/-/es/Christian-Chesnot/dp/2290079898

[2] https://www.amazon.com/Nos-tres-chers-emirs-French/dp/2749924871

[3] https://www.bbc.com/news/world-asia-51689443

[4] https://www.voanews.com/extremism-watch/what-haqqani-network

[5] 2019.04.12 Interview Qari Esmatullah Safi

[6] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2020/06/02/afghanistan-attentato-dei-talebani-incerto-futuro-dei-colloqui/

What is on the rise? Qatar or its bad image?

Suspicious or not suspicious?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *