Mobilisation contre “Hercules”, le projet de réorganisation d’EDF

Les quatre fédérations syndicales viennent également d'écrire aux principales associations d'élus du pays,

Alors que les salariés contre le projet «Hercules» en trois unités pour scinder EDF n’ont pas désarmé, plus de 27,3% de l’ensemble des effectifs d’EDF se sont mis en grève, jeudi 10 décembre à midi, à l’appel des associations de l’énergie, selon la direction du Électricien. «La proportion de grévistes qui conduisent des équipes de centrales nucléaires la nuit et le matin (environ 900 salariés) est de 90%».a déclaré Thierry Zehnder, coordinateur des combats à la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT.

Un barrage filtrant a été installé dans plusieurs usines tôt jeudi matin, dont celle de Penly (Seine-Maritime), où une cinquantaine de grévistes ont organisé un cortège funèbre avec cercueil et couronne pour “Hercule”.

Selon Sébastien Michel, secrétaire fédéral FCE-CFDT, la mobilisation chez Engie est également importante dans les infrastructures gazières, car ils craignent l’impact des futures réglementations sur l’exclusion du gaz des bâtiments neufs. CGT, CFE-CGC, CFDT et FO ont été fortement mobilisées le 26 novembre à midi avec 23% de grévistes chez EDF (31,56% en fin de journée), selon les estimations de la direction.

“Alerter sur les multiples dangers du projet de démantèlement d’EDF”

Alors que la presse faisait état d’un accord entre l’Elysée et Bruxelles sur la scission d’EDF, les fédérations syndicales ont interpellé les députés et les sénateurs dans une lettre ouverte la semaine dernière. Dans une rare unanimité, des députés de groupes socialistes, Les Républicains, La France insoumise et Liberté et Territoires se sont présentés mardi lors d’une conférence de presse d’élus communistes pour s’opposer à ce projet de réorganisation de l’électricien.

READ  Elon Musk ne reçoit pas le vaccin Covid-19 et qualifie Bill Gates d '"idiot"

Les quatre fédérations syndicales viennent également d’écrire aux principales associations d’élus du pays. “Vous sensibiliser aux nombreux dangers du projet de démantèlement d’EDF”.

Le projet «Hercules» prévoit de diviser EDF en trois unités: une entreprise publique (EDF bleu) pour les centrales nucléaires, une autre (verte) cotée en bourse pour la distribution d’électricité et d’énergies renouvelables, et une troisième (azur) fermerait les barrages, dont les concessions seraient remises en concurrence sous la pression de Bruxelles.

“Total, Engie et les grands énergéticiens européens sont déjà en embuscade”, selon le quotidien Libérationqui veillera à ce que les négociations avec Bruxelles se concluent mercredi. La secrétaire d’État de la ministre du Changement écologique, Bérangère Abba, interrogée mercredi au Sénat, a assuré que les négociations se poursuivraient:

«Le gouvernement ne veut évidemment pas déstabiliser l’un des fleurons industriels français (…). Nous devons simplement nous assurer que le groupe dispose d’un cadre réglementaire adéquat et d’une capacité d’investissement accrue pour participer pleinement à la transition. “”

lire aussi Forte mobilisation chez EDF contre la scission prévue de l’entreprise

Le monde avec l’AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *