mesures renforcées à partir de mercredi dans les Bouches-du-Rhône avec port de masque obligatoire à Marseille

Le port du masque sera rendu obligatoire à partir de mercredi soir, 23 heures dans tout Marseille à partir de mercredi pour lutter contre la recrudescence des cas de Covid-19 dans la ville de Marseille.

Les mesures de lutte contre le Covid-19 seront renforcées dans les Bouches-du-Rhône à partir de ce mercredi, a annoncé mardi soir la préfecture de Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Le port du masque sera rendu obligatoire à partir de 11 ans dans toute la ville de Marseille.

Par ailleurs, les restaurants, débits de boissons et épiceries du département des Bouches-du-Rhône seront fermés mercredi de 23h à 6h.

Un taux d’incidence de 177 à Marseille

Ces mesures, qui entreront en vigueur mercredi à 23 heures, ont été décidées face à la forte accélération de l’épidémie de coronavirus dans le département des Bouches-du-Rhône, avec un taux d’incidence de 177 pour 100000 dans la deuxième ville. de France et 131 sur 100 000 pour le département, contre environ 33 pour 100 000 en moyenne nationale, selon les chiffres indiqués par la préfecture de région dans son communiqué.

Le port du masque était déjà obligatoire à Marseille dans les sept premiers des 16 arrondissements de la ville, et ce depuis le 15 août. Une première mesure de ce type, le 8 août, avait rendu le masque obligatoire dans certains quartiers de la ville de Marseille, autour du Vieux-Port en particulier. La mesure de fermeture des bars, restaurants et magasins d’alimentation générale concernera l’ensemble du département entre 23h et 6h.

Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur avait fait allusion à la prochaine mise en œuvre de nouvelles mesures lundi, lors d’une conférence de presse, évoquant une «situation préoccupante» de l’épidémie dans le département et plus précisément à Marseille.

“La situation est suffisamment alarmante pour que des mesures complémentaires soient envisagées”, a déclaré Christophe Mirmand, estimant nécessaire d’agir de manière préventive pour “éviter un retour à un état d’urgence sanitaire local qui serait particulièrement néfaste”, notamment économiquement.

Mesures moins sévères que prévu

Ces mesures sont cependant moins sévères que celles envisagées par certains, le préfet ayant également évoqué lundi la possibilité de réviser à la baisse le tonnage de 5.000 personnes autorisées pour des manifestations publiques, voire l’interdiction de rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public.

«Nous sommes avant tout dans la prévention, dans une approche qui doit reposer sur un principe de responsabilité individuelle», et non «coercition», avait insisté Christophe Mirmand.

Faisant référence à ces nouvelles mesures attendues, la nouvelle maire de Marseille, l’écologiste Michèle Rubirola, avait estimé mardi matin que l’on ne pouvait pas sérieusement empêcher la population de se réunir ».

READ  Reconfinement, fermetures précoces ... Le plan de prévention en cas de «deuxième vague»

Michelle Rubirola s’était ainsi prononcée en faveur de la fermeture des bars et restaurants “plutôt vers 23 heures-minuit”: “Il nous semble (favoriserait) l’économie de tous ceux qui ont souffert de l’enfermement”.

Compensation pour les restaurateurs?

Samia Ghali, deuxième assistante de Marseille, a demandé ce mardi sur BFMTV “une compensation pour les restaurateurs contraints de fermer après 23 heures”. “Il faut prendre en compte la situation économique de la ville (…) Là, on raffine partiellement, et je ne suis pas sûre que les restaurateurs puissent tenir”, a-t-elle déclaré.

Si “la question de l’ouverture de lieux de convivialité se pose naturellement”, avait également reconnu, mardi matin, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Renaud Muselier, celui-ci avait mis en garde contre une mesure trop stricte. : “On ne peut pas fermer tous les bars et restaurants du département!”, A-t-il plaidé, appelant à ce que des “mesures restrictives” ne soient prises qu’à l’encontre des établissements qui ne respectent pas les règles sanitaires.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *