L’Italie bat les Pays-Bas / Ligue des Nations / J2- Pays-Bas-Italie (0-1) / SOFOOT.com

Dominateur et plus entreprenant, le nationale grignoté aux Pays-Bas, grâce à un pion aérien de Nicolò Barella (0-1). Un succès mérité pour les gars de Mancini, qui prennent le contrôle de leur groupe de la Ligue des Nations.

Pays-Bas 0-1 Italie

Buts: Civière (45e+1) pour l’Italie

Hans Hateboer est sorti en tirant la langue. Martyrisé par Spinazzola et Insigne, le droitier d’Atalanta a eu une soirée pénible, qui s’est terminée par son remplacement à 70 ans.e minute de jeu. Si ces partenaires n’auront pas servi de sac de frappe pour l’Italie tout au long du match, c’est nationale, deux crans au-dessus avant la pause, ce qui lui a valu des points ce soir. Pour ce faire, une tête de Nicolò Barella aura suffi pour le garçons par Roberto Mancini.

L’Italie en appétit

Le plat principal de ce groupe 1 de la Société des Nations regorge de saveurs amusantes. Côté italien, la cuisine, pas toujours très sophistiquée, a au moins le mérite d’être généreuse. Malgré quelques défauts techniques, le nationale a les dents tout de suite: très aux jambes, Spinazzola laboure consciencieusement sa voie de gauche, Immobile se distingue par un tir enroulé qui lèche le poteau, quand Zaniolo envoie un ciseau sur le bar de Cillessen. En face, les Néerlandais hésitent à s’asseoir pour manger: trop seul, Depay sèche comme un vieux crouton devant, Wijnaldum fait la carotte sur son côté droit et De Jong, en manque d’inspiration, n’a pas les ingrédients pour sauver la recette batave . le Azzurri, dominatrice, n’a donc besoin que d’une subtile pincée de réalisme pour envelopper le menu du soir. Un manque bientôt comblé par Nicolò Barella. Servi par un centre enveloppé d’Immobile, le milieu de terrain de l’Inter ouvre le score avec un casque faisant autorité, peu avant la pause.

READ  OM: un but, un combat, Alvaro accusé de racisme ... Le résumé du match

Pommes de terre orange

Apathiques en première période, les Oranges tirent enfin de leur sac de pommes de terre au second acte. Servi par Wijnaldum, Van de Beek tire un pruneau que Donnarumma dévie in extremis, quand Depay envoie la purée par la gauche, tentative qui échoue très près du poteau transalpin. Moins impériale, l’Italie garde cependant la main verte et répand les germes de ce qui pourrait se transformer en but 2-0. Les triangulations de Barella, Jorginho et Locatelli permettent la nationale pour établir un certain contrôle au milieu de terrain, mais les gars de Mancini n’arriveront jamais à assaisonner leur soirée de macédoine avec un deuxième but. Pas grave: plutôt convaincante, l’Italie finit d’éplucher l’Orange et passe devant les Pays-Bas, au classement du groupe 1 de la Société des Nations.
Pays-Bas (4-3-3) : Cillessen – Hateboer (Dumfries, 70 anse), Veltman, Van Dijk, Aké (De Jong, 81 anse) – De Roon, Van de Beek (Bergwijn, 58e), F. De Jong – Wijnaldum, Depay, Promes. Éleveur : Dwight Lodeweges.

Italie (4-3-3) : Donnarumma – D’Ambrosio, Bonucci, Chiellini, Spinazzola – Barella, Jorginho, Locatelli (Cristante, 81e) – Zaniolo (Kean, 42 anse), Immobile, Insigne (Église, 90e). Éleveur : Roberto Mancini.

Par Adrien Candau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *