Les démons de Tasmanie ont été réintroduits en Australie continentale 3000 ans après leur disparition

Une association annonce que 26 de ces mammifères carnivores ont été relâchés dans un sanctuaire de 400 acres. L’espèce est menacée d’extinction en raison d’une forme sévère de cancer contagieux.

Les démons de Tasmanie retournent en Australie continentale. Ces animaux, marsupiaux uniques disparus il y a 3000 ans sur le vaste continent insulaire, ont récemment été relâchés dans la nature.

L’Aussie Ark Association a annoncé lundi que 26 de ces mammifères carnivores avaient été relâchés d’un sanctuaire de 400 acres à Barrington Tops, à trois heures et demie au nord de Sydney. Le président australien de l’Arche, Tim Faulkner, a déclaré que cette opération “historique”La conservation ex situ, réalisée en juillet et septembre, est la première étape d’un programme de conservation ex situ visant à créer une population préservée car le diable est menacé par une forme sévère de cancer contagieux sur l’île de Tasmanie.

Ce marsupial nocturne, à fourrure noire ou brune, qui dégage une forte odeur lorsqu’il est stressé, est atteint d’une maladie depuis 1996, la tumeur faciale transmissible du diable de Tasmanie qui est presque 100% mortelle et a décimé 85% de sa population. . L’espèce est maintenant en danger critique d’extinction.

Après 16 ans de travail dans la mise en place du plus grand programme d’élevage du diable en Australie continentale, Tim Juge Faulkner “incroyable“pour y être allé. “C’est comme un rêve, Selon lui. Le plus grand prédateur indigène du continent est le chat marsupial marsupial, qui pèse un peu plus d’un kilo. Ramener un animal de cette taille est quelque chose de grand. ” Le diable, qui peut peser jusqu’à huit livres, chasse généralement d’autres animaux indigènes ou se nourrit de carcasses d’animaux morts.

READ  La justice européenne condamne la Hongrie pour sa loi sur les universités étrangères "trop ​​tard", a déclaré George Soros

L’animal n’est pas dangereux pour l’homme ou les animaux de la ferme, mais se défend en cas d’attaques, qui peuvent entraîner des blessures graves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *