Le secteur de l’aviation est licencié des milliers de travailleurs car aucune nouvelle subvention n’est accordée

American Airlines et United Airlines licencieront ou licencieront plus de 32 000 personnes en attendant un éventuel accord au Congrès sur un nouveau plan de secours.

Vague de licenciements dans l’industrie aéronautique américaine. La compagnie américaine United Airlines a confirmé mercredi 30 septembre qu’elle commencerait à licencier environ 13000 de ses employés car aucun accord n’a été trouvé au Congrès américain sur de nouvelles aides au secteur fragilisé par la pandémie de coronavirus. .

De son côté, American Airlines a annoncé qu’elle licencierait 19 000 employés. Cependant, le PDG de la société, Doug Parker, a laissé une porte ouverte: “Nous annulerons” ces licenciements “et rappelez les membres de l’équipe concernés” Si les démocrates et les républicains parviennent à trouver un compromis dans les jours, il l’a réitéré dans un message au personnel.

Comme d’autres grandes entreprises de l’industrie, American et United se sont engagées au printemps à ne renvoyer personne avant le 30 septembre, afin de recevoir un total de 25 milliards de dollars de subventions. Cette aide a toutefois expiré mercredi et des discussions entre démocrates et républicains sur un nouveau plan de soutien à l’économie se poursuivent.

Les prêts que le département du Trésor américain a consentis mardi à sept entreprises pour un total de 25 milliards de dollars n’ont pas changé la donne: cet argent est destiné à les aider à faire face aux dépenses courantes, mais n’est pas destiné aux salaires.

Le trafic aérien, qui était en chute libre au début de la pandémie, est loin d’être revenu à la normale. De nombreux passagers restent réticents à voler dans des espaces confinés, les vols internationaux sont encore sévèrement limités et les voyages d’affaires sont en berne. Le nombre de clients passant par les points de contrôle de sécurité dans les aéroports américains est toujours en baisse d’environ 60% à 70% par rapport à la même période en 2019, selon le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *