Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a augmenté de 0,9% en novembre

Cette augmentation est due à six mois consécutifs de baisse, largement expliquée par le déplacement du nombre de chômeurs entre les catégories.

Le nombre de demandeurs d’emploi de la catégorie A (sans activité) a augmenté de 0,9% soit 34 400 inscrits supplémentaires à 3,828 millions en novembre, a annoncé lundi Dares.

Cette augmentation est due à six mois consécutifs de baisse, principalement expliquée par des déplacements de chômeurs ayant repris une activité réduite (catégories B et C). Selon le service statistique du ministère du Travail, le nombre de chômeurs de la catégorie A est d’environ 10% plus élevé (+341 800) qu’à fin février avant le début de la crise sanitaire.

En incluant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi en France (hors Mayotte) est quasiment stable (+ 0,1% ou +5 800) en novembre, à 6,010 millions. Pour la catégorie A, l’augmentation touche toutes les tranches d’âge, mais est plus importante chez les jeunes (+ 2,1%, soit +10700 pour les moins de 25 ans) que chez les 25-49 ans (+ 0,7%) et Personnes de 50 ans et plus (+ 0,9%).

Ces statistiques mensuelles sont publiées sans commentaire sur le site Dares, qui a décidé de revenir à une analyse des évolutions trimestrielles, moins volatiles qu’avant la crise sanitaire. Les chiffres du chômage pour novembre confirment d’autres indicateurs récemment publiés. Selon l’Acoss (la banque d’assurance sociale), le nombre de déclarations d’emploi depuis plus d’un mois (hors intérim) a de nouveau fortement diminué (-19,8%) de 2,5% en octobre.

READ  Nouvelle-Zélande: la bourse paralysée trois jours de suite par des cyberattaques

La période intérimaire s’est également dégradée en novembre: selon l’association patronale du secteur, 110 000 emplois ont été détruits en un an, contre 80 000 en octobre. Dans le même temps, selon une autre étude, le recrutement de novembre s’est traduit par une détérioration d’activité beaucoup moins importante que lors de la première livraison, avec beaucoup moins de travailleurs en chômage partiel et un impact plus concentré sur les secteurs concernés par les restrictions. de la Dares publié la semaine dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *