Le fils de Bernard Tapie veut concurrencer Bugatti en relançant une marque de luxe française oubliée

Laurent Tapie commercialisera en 2022 la D12, une Formule 1 homologuée pour la route, premier modèle à relancer la marque de luxe Delage.

Une marque de voitures de luxe en sommeil depuis 1956, un champion du monde de Formule 1, un homme d’affaires au nom bien connu du monde des affaires, telle est l’équation qui doit relancer Delage.

Une marque star en faillite dans les années 50

Lancé en 1903, le constructeur a marqué l’histoire de l’automobile dans la première moitié du XXe siècle. Symbole du luxe né en banlieue parisienne, Delage s’est illustré dans le sport automobile en remportant notamment le titre de champion du monde du Grand Prix en 1927.

C’est cette histoire que Laurent Tapie, fils de l’homme d’affaires, a choisi de relancer cette année avec un tout nouveau modèle: le D12. Un nom hommage aux voitures de route Delage qui portaient toujours un «D» comme nom de famille, 12 marquant le nombre de cylindres dans le moteur.

“Delage est, avec Bugatti et Delahaye, l’une des plus belles marques de l’histoire de l’automobile française”, explique Laurent Tapie à Match de Paris en juin. Championne du monde des constructeurs en 1927, elle établit un nombre impressionnant de records et brille plus que tout autre au Concours d’élégance. Passionné d’automobile depuis l’enfance, j’ai toujours voulu créer mon hypercar et quand j’ai commencé, il y a plus de deux ans, j’ai tout de suite pensé à Delage ».

Un modèle historique de la marque Delage, un Concours D6, ici en 2014 au Grand Palais à Paris. © FRANÇOIS GUILLOT / AFP

Après avoir fait faillite dans les années 30, la marque avait disparu en 1956. Il ne restait plus qu’une seule association «Les Amis de Delage», qui faisait le lien entre les propriétaires des modèles Delage. Laurent Tapie a conclu un accord de licence exclusive avec option d’achat.

“Au début de nos discussions, les membres de l’association ont été assez prudents. Mais la qualité de notre équipe et le sérieux de notre projet les ont convaincus. Ils ont été ravis par la D12”, poursuit Laurent Tapie à Paris Match.

Laurent Tapie est un passionné de voitures de sport, passionné de Formule 1.
Laurent Tapie est un passionné de voitures de sport, passionné de Formule 1. © Delage

Plus de 350 km / h de vitesse de pointe

Le D12 est impressionnant. Son look rappelle celui d’une monoplace de Formule 1. Il affiche plus de 1230 chevaux pour la version la plus puissante grâce à un V12 atmosphérique de 7,6 litres et un moteur électrique. Une version avec seulement 900 chevaux sera également disponible et selon Le Maine Libre, la D12 disposera d’un mode de conduite 100% électrique dédié à la ville. Pour le reste, le D10 pourrait atteindre une vitesse de pointe de 360 ​​km / h!

READ  Nvidia empoche Arm pour 40 milliards de dollars 🆕
Le D12 a deux sièges l'un derrière l'autre.
Le D12 a deux sièges l’un derrière l’autre. © Delage

De quoi répondre aux hautes ambitions de Laurent Tapie: battre le record du tour de la boucle nord du Nürburgring, où s’affrontent toutes les supercars. Une façon d’aller se battre contre Bugatti, qui revendique le titre de la voiture la plus rapide du monde.

Pour atteindre de telles performances, Delage bénéficiera des compétences du champion du monde de Formule 1 Jacques Villeneuve, en charge du réglage du véhicule, des sensations rappelant celles de la Formule 1. Benoit Bagur prend le poste de directeur technique, il avait auparavant travaillé en WTCC chez Seat. La supercar sera produite en France, la V12 a été développée en interne avec des éléments australiens, comme expliqué en novembre au Maine Libre Laurent Tapie.

Plus de deux millions d’euros

La D12 n’est actuellement qu’en version prototype et la pandémie de covid-19 a reporté les différents événements (salon de l’automobile de Genève, Grand Prix de Formule 1 de Monaco) où la supercar devait être présentée.

Selon AutoPlus, cinq acheteurs ont déjà fait connaître leur intérêt, une présentation ayant été faite à des clients californiens à la fin de l’année dernière. Prix ​​annoncé: environ 2 millions d’euros, en ligne avec les prix pratiqués par Bugatti, Pagani et d’autres fabricants d’hypercars ultra-puissants. Laurent Tapie espère fabriquer une trentaine de D12 d’ici cinq ans. Les premières livraisons sont attendues début 2022.

Pauline Ducamp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *