La Cour suprême rejette l’appel du Texas et ébranle les espoirs de Donald Trump

Le président américain Donald Trump est vu lors d’une cérémonie de médaille de la liberté pour Lou Holtz dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, DC, le 3 décembre 2021. – – BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Donald Trump avait assuré que c’était “le grand”. Mais le séisme politique espéré ne s’est pas produit vendredi. La Cour suprême des États-Unis a nié une Plainte déposée par le Texas et soutenu par le président américain qui a tenté de bloquer l’attribution des a remporté quatre États par Joe Biden. Ce dernier devrait désormais logiquement être élu par le collège électoral qui se réunit lundi.

Selon la décision, le Texas n’a “pas prouvé légalement” qu’il “pouvait dicter la manière dont les autres États organisent le vote”. Deux juges de cour conservateurs (Alito et Thomas) disent que le corps aurait dû faire appel parce qu’ils croient qu’ils ont le devoir de protéger les conflits d’État, mais ils n’ont pas fourni de «réparation» au Texas sur le terrain.

Vote du collège électoral lundi

Face à cet échec, la Cour suprême s’est prononcée à deux reprises contre Donald Trump ou ses alliés. Techniquement, le président américain peut continuer son combat. Mike Kelly, un républicain de Pennsylvanie, a déposé une nouvelle demande le vendredi précédent Écossais (Cour suprême des États-Unis) et l’avocat Lin Wood ont poursuivi en justice pour faute d’orthographe pour fraude en Géorgie. Mais avec l’élection de lundi, qui est censée avoir lieu lundi, la voie légale aboutira à une impasse.

Les élus républicains ont déjà annoncé qu’ils remettraient en question les résultats du 6 janvier du Congrès, mais ils n’ont pas assez de voix à la Chambre pour le faire. Si un représentant et un sénateur s’y opposent, il y a un débat de deux heures, puis le Sénat et la Chambre votent, et il faut une majorité dans les deux cas pour bloquer les grands électeurs d’un État. Quoi qu’il arrive, c’est Joe Biden qui va prêter serment de devenir le 46e président des États-Unis le 20 janvier.



970

Actions

READ  "Iga Swiatek n'a aucun scrupule à marcher sur son adversaire"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *