Incidence, décès, grappes … Quatre informations importantes du dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire

Illustration d’une unité de réanimation à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. – – UGO AMEZ / SIPA

  • Tous les jeudis soirs, l’Autorité de santé publique de France publie des données épidémiologiques sur Covid-19 dans le pays.
  • Le dernier point met en évidence une augmentation des séjours à l’hôpital (+ 15%), des admissions en réanimation (+ 31%) et des décès (+ 31%).
  • Il existe également des informations détaillées sur les grappes dans les écoles.

Examinez les personnages avec une loupe. Comme la deuxième vague de Coronavirus balaie le pays et
Olivier Véran a annoncé jeudi que Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse, Saint-Etienne et Paris pourrait bientôt passer en zone «Alerte maximum», Santé publique France vient de publier
son bulletin épidémiologique hebdomadaire sur Covid-19. Les chiffres se sont arrêtés le mercredi 29 septembre et doivent encore être consolidés. Cependant, cela suggère que les hospitalisations et les décès ont augmenté au cours de la semaine dernière, même si l’incidence a stagné. 20 minutes résume les leçons les plus importantes en quatre points.

  • Le nombre de cas reste stable, mais les plus anciens sont plus touchés

Le taux d’incidence en France métropolitaine est resté stable à 104 cas pour 100 000 habitants (contre 110 la semaine dernière). Cependant, l’examen des données par âge confirme les prédictions inquiétantes: les personnes dont le test est positif sont plus âgées aujourd’hui qu’elles ne l’étaient il y a quelques semaines. Au cours de la semaine écoulée, «le taux d’incidence chez les 0-14 ans et les 15-44 ans a diminué. Ce taux est stable chez les 45 à 64 ans et les plus de 75 ans et n’augmente que chez les 65 à 74 ans (+ 6%) », indique le communiqué. “Le nombre hebdomadaire de cas a été multiplié par 4,3 pour 65-74 ans depuis la mi-août, explique Sophie Vaux, épidémiologiste à
Santé publique France. Actuellement, le virus continue de se propager à ces populations vulnérables, ce qui est un signe d’inquiétude. “”

Le taux de positivité continue d’augmenter: il est de 7,6% contre 6,4% début septembre. «Parmi toutes les personnes testées [fin septembre] (quel que soit le résultat du test) 65% ont déclaré qu’ils étaient asymptomatiques », indique le bulletin.

«On est un peu entre les deux», analyse Daniel Lévy-Bruhl, chef du service des infections respiratoires à Santé publique France. Nous ne sommes plus sur une augmentation de l’incidence mais nous voulons rester prudents avant de publier des nouvelles haussières. Nous restons préoccupés par les séquelles hospitalières de ces dernières semaines. “”

  • Unités de soins intensifs et décès en hausse de 31%

En effet, les chiffres ne sont pas rassurants. Les admissions à l’hôpital pour Covid-19 continuent d’augmenter avec 4 204 nouvelles admissions, soit une augmentation de + 15%. «Avec les taux d’hospitalisation les plus élevés de Provence-Alpes-Côte d’Azur, d’Ile-de-France, de Rhône-Alpes et des Hauts de France», souligne Sophie Vaux. “Depuis deux ou trois semaines, un tiers des séjours hospitaliers se fait en Ile-de-France”, a ajouté Patrick Rolland, épidémiologiste à la régie sanitaire. Plus inquiétant encore, le pays a ajouté 786 nouvelles admissions de patients Covid-19 en soins intensifs au cours de la semaine dernière, en hausse de 31%. Autant de morts: 436 personnes sont mortes de Covid, contre 332 la semaine dernière.

En revanche, au cours de la première semaine depuis juillet, les salles d’urgence pour les suspects de Covid-19 avaient diminué de 23%, toutes tranches d’âge confondues.

  • Où sont les principaux clusters?

Parmi les 2830 grappes identifiées, les organisations non sanitaires font toujours partie des types de communautés les plus souvent représentées pour l’apparition des grappes (25%), puis le milieu scolaire et universitaire (20%), puis le cadre et les événements pour les familles nombreuses, public / privé regroupant temporairement (18%) »avant que les hôpitaux (11%) ne précisent le point épidémiologique. Sachant que les clusters qui apparaissent dans les restaurants et les bars seront classés en entreprises lorsque les salariés sont infectés, mais en «événements publics / privés» lorsque les consommateurs sont testés positifs. «Avec un dépistage rapide, on peut dire que sur les 300 clusters de rassemblements publics et privés découverts depuis mai, dix ont été identifiés dans des bars parmi la population», souligne Patrick Rolland von Santé publique France.

Deuxième fait intéressant: les grappes dans les écoles sont détaillées. En effet, 80% de ces nombreux clusters ont été découverts dans les lycées et les universités. 33% ont lieu à l’université, 45,7% au secondaire, 14,3% au primaire et 6% à la maternelle. Ce qui correspond à l’idée que Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas très contaminants.

  • Les délais de dépistage des patients symptomatiques sont allongés

Le délai moyen entre les cas symptomatiques entre les premiers symptômes et la date de prélèvement pour le dépistage par PCR augmente de 3 à 3,3 jours. Tandis queOlivier Véran a assuré jeudi soir que le délai d’obtention des résultats était ramené à 48 heures … “Cette période de 3,3 jours dépend de la rapidité avec laquelle les personnes présentant des symptômes se rendent au dépistage”, précise Alexandra Mailles, épidémiologiste chez Within Public Health France. Il ne comprend donc pas comment attendre avant de recevoir le résultat du test.

Un téléservice pour les interruptions de travail

Afin de faciliter le travail de l’assurance maladie et de favoriser l’isolement des cas asymptomatiques et des cas de contact, un nouveau téléservice sera ouvert à partir du vendredi 3 octobre. sur cette page, visible depuis un smartphone. Porte ? Permettre aux gens de demander une pause de travail en ligne. En supposant que l’assurance maladie a contacté cette personne pour l’inviter à s’isoler et à faire un test après exposition au risque d’une personne dont le test est positif pour le coronavirus.



286

Actions

READ  Taux de participation élevé au référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *