Hoarfrost revient cette semaine

Par Cyril BONNEFOYmétéorologue

Avec beaucoup d’air frais en haute altitude et des clairières nocturnes, le givre fait son retour cette semaine. Explications …

Ce début d’octobre est l’un des le plus frais depuis plus de 20 ans. Les températures ont été constamment inférieures à la normale depuis le début de la baisse du calendrier. Cette semaine, les températures vont encore baisser et, grâce aux clairières de la nuit, du givre devrait apparaître dans certaines plaines et vallées. Un petit rappel du givre et des variantes avec givre et glace.

Comment se forme le givre?

Le givre se produit très souvent lorsque le ciel est clair la nuit et par vent léger. Ces conditions sont remplies par la présence de haute pression ou d’anticyclone. L’absence de nuage permet donc un rayonnement important, c’est-à-dire le refroidissement du sol et de la couche d’air au-dessus.

La vapeur d’eau contenue dans l’air se transforme en un état solide lorsque les températures sont suffisamment négatives. Les cristaux de glace formés se déposent sur le sol, sur les voitures et sur la végétation. Ce sont les fameuses gelées qui égayent les paysages le matin.

Quelle est la différence avec Frost?

le givré est formée de microgouttelettes dont la température est négative, mais qui restent à l’état liquide, état mieux connu sous son nom Surfusion. Si elles sont déposées sur des surfaces déjà gelées, les microgouttelettes gèlent immédiatement. Ces microgouttelettes sont souvent apportées par des nuages ​​profonds ou du brouillard. C’est ce qu’on appelle le “Gel de brouillard». Les conditions de circulation sur les routes sont rendues plus difficiles en raison du risque de dérapage et d’une mauvaise visibilité. Au sol, le gel a un aspect granuleux et opaque. Le gel ne doit pas être confondu avec la glace.

READ  Auvergne-Rhône-Alpes. Pluie, gris, soleil ... Quel temps fait-il cette semaine dans la région?

La glace noire

La glace se forme à partir de gouttelettes trouvées dans la pluie, la bruine et parfois la brume. Ils sont dans un état d’hypothermie, comme le gel. Comme les cristaux de glace, ces gouttes se transforment en un état solide lorsqu’elles se déposent sur des surfaces gelées. La différence avec le gel réside dans le diamètre des gouttelettes, qui sont plus grandes car elles sont principalement causées par les précipitations. Contrairement au givre et au gel, la glace est plus susceptible de se former en cas de mauvais temps.

Ces nombreuses gouttes forment alors une surface lisse de glace au sol, extrêmement glissante et très dangereuse pour la circulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *