En Gironde, l’espion se cachait dans la mairie depuis trois ans

C’est un peu Big Brother à la mairie des Mairies … Depuis quelques jours une étrange histoire d’espionnage empoisonne l’ambiance de cette ville de 7 500 habitants près du bassin d’Arcachon en Gironde.

Cette mystérieuse affaire commence à la mi-septembre. Contrairement à son habitude, une employée de la mairie décide de rester à son bureau pendant la pause déjeuner pour continuer à travailler sur ses dossiers. Et là, elle ne peut pas en croire ses yeux. Bien qu’elle ne touche pas le clavier de son ordinateur professionnel, cela fonctionne sans son intervention.

«Les ordres de son poste lui ont échappé. Les fichiers ouverts par eux-mêmes. Quelqu’un a semblé répondre lorsqu’aucun accord de contrôle à distance n’a été demandé », a déclaré un membre de la mairie. L’employé donne l’avertissement.

L’équipe de la ville a très vite remarqué que quatre ordinateurs – ceux du maire, du chef du service comptable, de l’avocat et du secrétaire général – étaient télécommandés. Le plus étonnant reste à venir: le responsable informatique de la mairie détecte les logiciels malveillants qui ont probablement été installés depuis … 2017!

“Une affaire qui mine la démocratie”

Le nouveau maire de Salles, élu cette année sous l’étiquette de l’Union de la gauche, ne le comprend pas. «C’est surprenant, troublant. C’est un choc. La mairie n’est pas particulièrement sensible, ce n’est pas Bercy, mais il y a quand même des données personnelles comme l’état civil qui doivent être protégées », précise le Bureau Bruno. Depuis, par mesure de précaution, le maire a demandé la désactivation des puces GPS dont sont équipés les véhicules de la communauté et le système de vidéosurveillance du site.

READ  Nouveaux pixels avec des autocollants Playground, y compris le Pixel 4a

Son prédécesseur Luc Dervillé (divers à droite), qui était en fonction il y a trois ans lorsque le système de piratage a été installé, s’interroge également: «Ce n’est pas ma faute car je ne voulais pas m’espionner. Je n’ai pas d’hypothèse, mais c’est une question très grave qui mine la démocratie. “”

Plainte contre X.

Le Bureau Bruno a porté plainte contre X. Une enquête a été lancée et confiée à la gendarmerie de Belin-Béliet. Une équipe de gendarmes de la Brigade Cybercriminalité de Bordeaux était sur place. Les ordinateurs piratés sont analysés en profondeur afin de retracer la trace des logiciels malveillants et d’identifier les auteurs de cet acte malveillant. Les appareils sont maintenant nettoyés et sécurisés.

La question principale demeure: qui a commis cet acte de cyberespionnage pendant trois ans et pourquoi? Acte politique, malveillant, isolé d’un hacker ou d’un autre? Une source proche de l’enquête indique que toutes les hypothèses ont été examinées. Depuis, Salles a tenté de retrouver son calme habituel. Mais tout le monde espère découvrir rapidement qui est derrière ce piratage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *