Dolberg mène le train de Nice à Strasbourg / Ligue 1 / J2 / Strasbourg-Nice (0-2) / SOFOOT.com

Le Gym n’avait besoin que de faire des génuflexions légères pour garder les strasbourgeois qui n’étaient pas encore prêts à partir. Et grâce à un Dolberg clinique, les Niçois sont en tête du championnat ce soir.

RC Strasbourg 0-2 OGC Nice

Buts: Dolberg (38e SP et 60e) pour les Aiglons

Ce samedi, les caméras du monde entier se sont tournées vers Nice, ses rues, son arrière-pays et ses belles averses. En effet, c’est autour de la Promenade des Anglais que le départ du Tour de France 2020 a été donné, avec deux mois de retard. Mais après avoir vu Alaphilippe, Bennett, Porte ou Pinot se râper les genoux sur un trottoir détrempé, après que les Ineos d’Egan Bernal aient laissé l’un des leurs (Pavel Sivakov) perdu dans la pampa, les locaux de l’étape sont allés se déplacer à Strasbourg. Une façon d’éviter les embouteillages et de grimper temporairement à la première place de Ligue 1. Le tout avec un matériel, mais avec un leader sacré, en la personne de leur double buteur Kasper Dolberg.

Jaune partout

Une fois les t-shirts d’échauffement floqués avec les noms des coureurs de l’équipe INEOS-Grenadier rangés dans les vestiaires, les Niçois tournent les jambes dans ce qui ressemble à un départ fictif. La Meinau et ses 5 000 supporters tentent de reproduire une ambiance d’un autre temps, mais difficile de s’exciter sur un match aussi saccadé. Car, dans la seule première période, M. Brisard a dû distribuer la bagatelle de sept avertissements pendant la première période, dont six pour les Aiglons. Et non, Morgan Schneiderlin, originaire de Strasbourg traversant la route de son club formateur douze ans après son départ, n’y aura pas échappé.

READ  Virus du Nil occidental: deux morts en Espagne

Dans ces conditions, le Racing ne peut être dangereux que sur une frappe optimiste de Mehdi Chahiri, et c’est Nice qui prend progressivement le jeu à lui tout seul, grâce à la facilité technique d’Amine Gouiri, mais surtout à la maladresse. par Lamine Koné. En convalescence, le capitaine alsacien bégaie devant Kasper Dolberg, se perd dans son dribble et attrape la cheville du jeune Eddy Sylvestre, arrivé derrière son dos. Dolberg prend la responsabilité de prendre le penalty et récompense la domination relative des Azuréens (0-1, 38e).

Nice est haut

A peine, Koné cède la place à Majeed Waaris à la pause. Un démarreur qui donne un petit coup de pouce à Azzurri du Bas-Rhin. La reprise immédiate du Ghanéen fait frissonner les tribunes clairsemées, car Chahiri ne peut pas profiter des erreurs de Kamara et Pelmard. Mais cette réaction est comblée par le sang-froid de Dolberg. L’avant-centre profite du pressing de Gouiri et d’une ouverture déviée par Sissoko, avant de planter le vétéran Kawashima (37 quilles pour les japonais) avec un amour du piqué (0-2, 60e). Le trou est fait: Rony Lopes peut donc tranquillement faire ses retrouvailles avec le championnat de France et Nice pour afficher ses nouveaux automatismes. Minée par une préparation perturbée par dix cas positifs de Covid, la population strasbourgeoise est donc toujours dans l’impasse. Les hommes de Vieira, grâce à leur efficacité (4 buts sur 7 lancés depuis le redémarrage), peuvent aborder la suite du parcours avec plus de confiance.

Strasbourg (4-2-3-1): Kawashima – Lala, Koné (Waaris, 46 ans)e), Djiku, Carole (Kaci, 63 anse) – Simakan, Sissoko – Bellegarde (Liénard, 83e), Thomasson (Saadi, 63 anse), Chahiri (Zohi, 63 anse) – Ajorque. Entraîneur: Thierry Laurey.

READ  Les États-Unis appellent à une enquête crédible et transparente sur le Liban

Nice (4-3-3): Benítez – Lotomba, Pelmard, Dante, Camara – K. Thuram (Trouillet, 78e), Schneiderlin, Lees-Melou – Sylvestre (R. Lopes, 62e), Dolberg (D. Ndoye, 89 anse), Gouiri. Entraîneur: Patrick Vieira.

Par Mathieu Rollinger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *