des milliers de Libanais expriment leur colère après l’explosion dans le port de Beyrouth

L’explosion du port de Beyrouth, qui a dévasté des quartiers entiers de la capitale libanaise le 4 août, a fait 158 ​​morts et additionally de 6 000 blessés, a annoncé le ministère de la Santé samedi 8 août. Le nombre de personnes toujours portées disparues a été réduit. Il est désormais 21 ans, contre plusieurs dizaines évoqués le matin.

L’ambassade syrienne au Liban a indiqué que 43 de ses ressortissants figurent parmi les morts, sans toutefois préciser s’ils sont inclus dans l’évaluation communiquée par les autorités libanaises. L’épouse de l’ambassadeur des Pays-Bas au Liban est également décédée samedi après-midi des suites de ses blessures.

Lire aussi Par rapport à d’autres catastrophes, quelle a été la puissance de l’explosion à Beyrouth?

Les sauveteurs libanais, français, allemands, russes et d’autres nationalités ont poursuivi samedi leurs opérations sur les lieux de l’explosion pour tenter de retrouver des survivants.

  • Des milliers de Libanais manifestent

Les forces de sécurité libanaises ont tiré des gaz lacrymogènes samedi sur des manifestants qui tentaient de traverser le périmètre de sécurité entourant le Parlement pour exprimer leur colère, quelques jours après l’explosion de Beyrouth.

Certains participants ont lancé des projectiles sur la police qui bloquait l’accès à une rue menant à la Chambre des députés, a noté un journaliste de Reuters.

Près de 5 000 personnes se sont rassemblées sur la position des Martyrs, lieu emblématique de la contestation libanaise. Alors que le thème de la mobilisation est «le jour du jugement», des potences ont été installées sur la put.

“Le peuple veut la chute du régime”, scandaient certains manifestants en agitant des pancartes exigeant le départ de «Assassins».

  • Démission de plusieurs députés libanais

L’explosion du port de Beyrouth a été provoquée par plusieurs tonnes de nitrate d’ammonium stockées pendant 6 ans dans un entrepôt “Sans mesures de précaution”, de l’aveu même du Leading ministre libanais.

READ  Innovation en Outre-mer: La Réunion Crowdaa lauréate du programme européen Enrichir aux Etats-Unis Ecosystème - Toute l'actualité d'outre-mer en 360 °
Lisez aussi: Un navire moldave et 2750 tonnes de nitrate d’ammonium … au Liban, les premières esquisses d’un scénario terrible

Ceci, le plus dévastateur jamais enregistré dans le pays, a également mis des centaines de milliers de personnes dans la rue, alimentant la colère du general public contre la classe politique, accusée d’incompétence et de corruption.

Le chef du parti Kataëb (Les Phalanges libanaises), Samy Gemayel, a annoncé samedi sa démission ainsi que celle des deux autres députés du parti chrétien historique. Leurs départs s’ajoutent à ceux de deux autres parlementaires cette semaine: celui du député Marwan Hamadé, du bloc du chief druze Walid Joumblatt, et celui de la députée Paula Yacoubian, élue sur la liste de la société civile au Parlement.

«Le peuple libanais doit prendre une placement historique. Un nouveau Liban doit émerger des ruines de l’ancien que vous représentez », a lancé M. Gemayel à l’adresse de la classe politique, critiquant sans nommer le président, Michel Aoun.

Ce dernier a rejeté vendredi toute enquête internationale sur l’explosion, croyant que cela ne ferait que diluer la vérité. Une vingtaine d’agents portuaires et douaniers ont été arrêtés, selon des resources judiciaires et sécuritaires. Parmi eux, le directeur général des douanes, Badri Daher, et le président du conseil d’administration du port, Hassan Koraytem.

  • Emmanuel Macron coprésidera une visioconférence des donateurs

Des débris sont vus dans la rue près de la mosquée Mohammad Al-Amin après l'explosion de mardi dans la zone portuaire de Beyrouth, au Liban, le 8 août 2020.

Le président de la République française, Emmanuel Macron, coprésidera dimanche une visioconférence avec les Nations unies dans le cadre des efforts de mobilisation de la communauté internationale après la disaster, a indiqué l’Elysée.

Celui-ci, qui doit débuter à 14 heures, heure de Paris, aura pour but de mobiliser des fonds pour le Liban, mais aussi de définir les moyens d’assurer que l’aide sera acheminée directement aux populations et aux ONG, comme le promis le chef de l’Etat français jeudi lors d’une visite dans la capitale libanaise.

READ  60 étudiants en médecine positifs pour Covid-19
Lisez aussi: “Je comprends votre colère”, lance Emmanuel Macron à la foule libanaise

Samedi matin, le président américain Donald Trump a tweeté que la vidéoconférence rassemblerait “Le président Macron, les dirigeants du Liban et les dirigeants d’autres pays du monde”. Le locataire de la Maison Blanche a également déclaré qu’il assisterait: «Tout le monde veut aider! “, estima-t-il.

En outre, l’Autriche a annoncé qu’elle débloquerait un million d’euros pour aider le Liban. Ces fonds seront mis à la disposition du Mouvement worldwide de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des ONG autrichiennes, afin de fournir nourriture et logement aux victimes. Vienne, dont l’ambassade au Liban a été endommagée par l’explosion, n’a pas donné de calendrier précis pour ce transfert de fonds.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui s’est rendu à Beyrouth pour témoigner de la “Solidarité” Européens “Choqué et attristé”, a assuré aux Libanais qu’ils n’étaient pas “Pas seul”. L’UE a déjà débloqué 33 hundreds of thousands d’euros.

Le chef de la Ligue arabe, Ahmad Aboul Gheit, ainsi que le vice-président turc Fuat Oktay et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu se sont également rendus dans la ville samedi pour montrer leur soutien.

Nos posts sur l’explosion à Beyrouth, Liban

Le Monde avec l’AFP et Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *