Coronavirus: Sanofi de plus en plus confiant dans 2 candidats vaccins


CORONAVIRUS: SANOFI DE PLUS EN PLUS DE CONFIANCE DANS 2 CANDIDATS VACCINS

PARIS (Reuters) – La confiance de Sanofi dans ses candidats vaccins contre le coronavirus a augmenté cet été, a déclaré à Reuters le directeur général du groupe pharmaceutique, qui se prépare à lancer des essais cliniques.

Sanofi travaille sur deux des plus de 150 vaccins potentiels en développement dans le monde.

L’un d’eux, qui s’appuie sur une plateforme de développement de vaccins contre la grippe, utilisera un adjuvant fabriqué par le britannique GlaxoSmithKline pour augmenter son efficacité.

L’autre, développé en coopération avec l’American Translate Bio, est basé sur une technologie différente appelée ARNm.

“Les données initiales indiquent que nous sommes sur la bonne voie et que nous avons un vaccin”, a déclaré Paul Hudson dans une interview vendredi en référence au vaccin candidat développé avec GSK.

Les essais cliniques devraient commencer le mois prochain.

Environ 30 vaccins potentiels font actuellement l’objet d’essais sur l’homme. Mais Paul Hudson a déclaré en juin que la probabilité que Sanofi ait un vaccin avec plus de 70% d’efficacité était plus élevée que ses concurrents, en partie grâce à l’expérience du groupe avec les vaccins.

“Notre confiance a augmenté. Nous avons du travail à faire, comme tout le monde, pour produire de gros volumes. Mais nous aurons un, peut-être deux vaccins l’année prochaine”, a-t-il déclaré.

Translate Bio a déclaré mardi que les essais sur l’homme du vaccin à ARNm devraient commencer en novembre.

Sanofi a conclu des accords de vaccins avec adjuvant avec les États-Unis et le Royaume-Uni et est en pourparlers avancés avec l’Union européenne pour fournir jusqu’à 300 millions de doses.

READ  Près de Toulouse. Une énorme collection de voitures, dont un modèle à 400000 euros, aux enchères

Mais l’UE n’offre qu’une protection partielle aux fabricants de vaccins contre les risques juridiques associés aux effets secondaires des vaccins.

“Je crois qu’avec ce niveau de protection, nous sommes arrivés à un” niveau convenu “. Et je pense que cela nous a permis d’aller de l’avant et de signer. Mais je suis conscient qu’il y a des positions différentes au niveau que cela représente,” dit Paul Hudson.

Comme les vaccins sont développés à la hâte, il existe un risque accru qu’ils puissent avoir des effets secondaires inattendus ou une efficacité décevante.

La couverture financière de ces risques est un élément clé des discussions entre laboratoires et gouvernements pour des accords de fourniture de vaccins à grande échelle.

Aucun vaccin n’a encore été approuvé à l’exception du Spoutnik V autorisé en Russie avant même des essais à grande échelle.

(Matthias Blamont)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *