Des jeunes marocains jugés pour avoir manifesté avec des drapeaux espagnols

Un premier groupe de neuf prévenus, âgés de 15 à 22 ans, a comparu mardi devant le tribunal de Tétouan alors qu’un deuxième groupe de 10 personnes, âgées de 14 à 23 ans, doit comparaître mercredi.

Ils sont tous sont poursuivis pour « outrage au drapeau national », « manifestation non autorisée » et « destruction de biens publics et privés », selon leur avocat.

Ces jeunes supporters de football avaient été arrêtés le 1er octobre pour avoir brandi des drapeaux espagnols et crié des slogans comme « Viva España » lors d’un match de leur équipe en championnat national.

Ils avaient aussi manifesté sur le chemin du stade, en appelant à « venger Hayat » -l’étudiante de 22 ans tuée le 25 septembre- provoquant quelques dégradations mineures. La mort de la jeune femme issue d’un milieu très modeste avait suscité émoi et colère dans tout le pays.

Les autorités marocaines ont justifié les tirs en évoquant des « manoeuvres hostiles » du go-fast qui transportait des migrants « planqués » sous une bâche.

Cette semaine, quatre supporters du Hassania d’Agadir ont eux aussi comparu en justice pour « outrage au drapeau national » pour avoir brandi le drapeau espagnol lors d’un match à domicile début octobre.

L’outrage au drapeau national est considéré comme un crime passible de 6 mois à 3 ans de prison pouvant être portés à 5 ans si le délit est commis lors d’un regroupement, selon l’article 267-1 du code pénal.

 

 

drapeauxespagnolsHayatOutragesupportersTétouan