Amical: le Portugal et l’Espagne dos à dos après un match agréable – foot-friendly

Alors que la France s’est amusée face à l’Ukraine (7-1), leur futur adversaire portugais (qui lui fera face dimanche en Ligue des Nations) a souffert face à l’Espagne (0-0).

En particulier, le champion d’Europe en titre a combattu dans la première demi-heure. En l’absence de José Fonte (Covid-19), Ruben Semedo était préféré à Ruben Dias en défense centrale. Le joueur de l’Olympiakos était hors de question, notamment face à Gérard Moreno. Heureusement pour le Portugal, Rui Patricio a été vigilant sur sa ligne (3e, 19e) et il n’a pas relâché en seconde période (il a arrêté son pied après une reprise d’Olmo à la 73e). Ce n’était pas le cas de La Roja, qui n’a pas confirmé son but en début de match.

Ronaldo et Sanches ont frappé la barre

L’Espagne a été alertée d’une reprise ratée de Guerreiro au point de penalty (43e) et a failli être punie deux fois en moins de quinze minutes. Mais les tirs puissants de Cristiano Ronaldo et Renato Sanches se sont terminés à la barre avant de ricocher sur la ligne de Kepa (53e, 67e). Le gardien espagnol a été poussé sur le banc de Chelsea par l’ancien Rennais Mendy et s’est imposé face à Trincao (74e).

Quand ce n’était pas le théâtre de six buts, comme c’était le cas en juin 2018 lors de la Coupe du monde (3-3), le 38e derby ibérique a été agréable. Cela a permis aux deux entraîneurs d’avoir un examen complet de leurs joueurs. Luis Enrique attendra avec impatience les apparitions d’Eric Garcia, Dani Olmo ou encore l’apparition tonitruante d’Adama Traoré. Fernando Santos, qui a amené Ruben Dias, Diogo Jota, Joao Felix et Bernardo Silva avec lui, semble vraiment bien préparé pour le prochain euro, où il rencontrera également Didier Deschamps et son équipe en phase de groupes.

READ  Marseille, Verratti, Mbappé, les bleus et les retours ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *