Abdelmadjid Attar: “Chakib Khelil m’a sanctionné en 2001 à cause d’un article”

Abdelmadjid Attar. PPAgency

Par Mohamed K. – Le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, a révélé que Chakib Khelil l’avait sanctionné pour avoir critiqué la feuille de route qu’il avait élaborée lorsqu’il était à la tête du département. “Chakib Khelil m’a sanctionné en 2001 parce que j’avais critiqué, dans un article de presse, la politique énergétique qu’il voulait mettre en place et qui livrait la richesse du pays aux étrangers”, a-t-il révélé dans une interview accordée dans la soirée algérienne. “Heureusement, Bouteflika a changé la loi en 2005”, a-t-il ajouté, ajoutant que “malgré cela, elle est restée très négative” et “n’a d’ailleurs rien signalé” au pays.

“Je n’étais pas d’accord pour dire que la nouvelle loi (la loi actuelle, ndlr) a été adoptée, elle n’est pas négative mais elle doit être améliorée, nous essaierons de la rattraper avec les textes d’application et l’action sur le terrain », a souligné Abdelmadjid Attar, estimant qu ‘« il faut lutter contre la bureaucratie »et« être transparent vis-à-vis des partenaires ».

Le ministre de l’Énergie décrit un secteur «dégradé du point de vue de l’efficacité et des réserves» et note que «la pression sur le secteur s’est accrue», soulignant que le fait qu’il «fasse vivre le pays est un problème». «Dans les années 1990 et avant, il s’agissait encore de 90 à 95% de la rente pétrolière; en 2020, c’est toujours la même, sinon pire », a-t-il souligné. Selon lui, le baril est d’environ 46 dollars, “ce qui est une bonne performance par rapport au mois dernier et à l’économie mondiale”. “Nous avons gagné près de 2,5 dollars au cours du mois de juillet, grâce aux efforts de l’OPEP, il faut le reconnaître, y compris celui plus particulièrement de l’Arabie saoudite et de la Russie qui ont fait un effort extraordinaire en réduisant l’essentiel de celui-ci”, a déclaré Abdelmadjid Attar.

READ  la sélection TOP 10 des meilleures machines à café, afin d'avoir un excellent café.

«Si le prix actuel est maintenu», a-t-il dit, «nous finirons l’année avec une moyenne de plus de 42 ou 43 dollars le baril, cela permettra d’équilibrer le budget qui a été prévu à 30 dollars le baril. “Mais, a-t-il dit, en réalité, l’Algérie a besoin d’un baril d’au moins 60 dollars sur une période d’au moins deux ans, avec tous les efforts qui doivent être faits, par ailleurs, dans les domaines de l’agriculture, de l’investissement et de l’énergie pour la production de valeur, de création d’emplois, etc. », a précisé le ministre, selon lequel« la rente doit baisser de 20% »pour« sauver le pays ».

Abdelmadjid Attar a également révélé que la loi sur les hydrocarbures a été votée il y a plusieurs mois, mais les 43 textes d’application ne sont toujours pas prêts. «Ce retard est un défaut, car au moins les grandes lignes de ces textes doivent être préparées en même temps que la loi afin de pouvoir les mettre à jour dans les deux mois au plus suivant l’adoption de ladite loi. Cependant, cela fait dix mois que la loi a été adoptée et aucun texte n’est prêt », a-t-il déploré, affirmant qu ‘« une quinzaine de textes seront prêts début septembre, une quinzaine d’autres au cours du mois d’octobre et le reste d’ici la fin. de l’année’.

Abordant la question des énergies non conventionnelles, le ministre de l’Énergie a estimé que «nous nous trompons trop sur le gaz de schiste», expliquant que «la sécurité énergétique est la principale préoccupation de tous les pays» et qu’elle «consiste à avoir l’énergie nécessaire au développement ». «L’Algérie possède 2,7 milliards de tonnes d’hydrocarbures liquides et 2 500 milliards de mètres cubes de gaz, mais cela ne suffit pas», a-t-il déclaré, notant que le gaz de schiste «n’est pas une rente mais un complément de sécurité énergétique au-delà de dix ans».

READ  Le Fonds Ardian français entre en jeu

Concernant les usines de dessalement, Abdelmadjid Attar a révélé qu’en 2002, alors qu’il était ministre des Ressources en eau, il avait demandé que le projet lui soit rattaché, mais qu’on lui avait dit que son département n’avait pas assez de cadres et d’argent pour pouvoir prendre en charge et il a donc fallu le confier à Sonatrach. Il n’en dira pas plus.

MK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *