À l’hôpital, Donald Trump fait un tour en voiture pour saluer ses partisans

Donald Trump salue ses partisans lors d'une brève sortie de l'hôpital Walter Reed de Bethesda, Washington, dimanche 4 octobre.

Donald Trump veut vraiment montrer qu’il va bien. Le président américain a brièvement salué ses partisans depuis sa voiture devant l’hôpital le dimanche 4 octobre, alors que ses médecins pensent que le chef malade de Covid-19 pourrait retourner à la Maison Blanche dès lundi, si son état continue de s’améliorer.

M. Trump avait préparé le terrain en diffusant pour son compte Twitter une vidéo dans laquelle il prévient qu’il en a réservé une “Sans surprise pour les grands patriotes qui attendent depuis longtemps dans les rues avec des drapeaux ‘Trump'”.

En début de soirée, un convoi de véhicules noirs est apparu aux portes de l’hôpital militaire Walter Reed près de Washington, et Donald Trump s’est masqué à travers la vitre pour saluer ses nombreux partisans qui étaient assis là tout le week-end. La fin. Peu de temps après, la Maison Blanche a annoncé que le président était retourné à l’hôpital.

Dans son message vidéo, Donald Trump fait également un aveu incroyable:

«J’ai beaucoup appris sur Covid, je l’ai appris en l’expérimentant moi-même, c’est l’école de la vie. J’ai bien compris et c’est très intéressant. “”

Après deux nuits à l’hôpital, il y avait un optimisme prudent parmi ses semblables dimanche, bien que le médecin de la Maison Blanche ait finalement admis lors d’une conférence de presse que l’état initial de son patient était plus grave. qui avait été officiellement déclaré comme la première étape.

Les partisans de Donald Trump saluent le président américain près de l'hôpital Bethesda le dimanche 4 octobre.

La volte-face de son médecin

Tourner autour concernant son bureau de presse samediLe docteur Sean Conley a confirmé que Donald Trump avait besoin d’une supplémentation en oxygène pendant environ une heure à la Maison Blanche vendredi, un épisode jugé suffisamment perturbateur pour prendre une décision d’hospitalisation le soir.

“J’étais préoccupé par le potentiel de progression rapide de la maladie et j’ai recommandé une supplémentation en oxygène au président.”a déclaré Sean Conley, qui dit que Donald Trump n’est pas à bout de souffle. Le médecin a admis qu’il n’avait pas découvert cet incident la veille afin de projeter une image “Optimiste”. Dans le même temps, le chef de cabinet du président, Mark Meadows, a déclaré aux journalistes que les dernières 24 heures avaient été très inquiétantes.

Article réservé à nos abonnés lire aussi Présidentielle américaine: l’hospitalisation de Trump soulève des questions sur la continuité de la campagne

Sean Conley l’a également annoncé samedi “Matin”Un autre épisode de diminution de la saturation en oxygène s’était produit. Et samedi, les médecins ont donné au président un troisième traitement, la dexaméthasone, un corticostéroïde efficace contre les formes sévères de Covid-19, en plus de l’antiviral remdesivir et du cocktail expérimental de Regeneron, qui ont été administrés à partir de vendredi.

“Solidement responsable”

Mais l’équipe médicale a déclaré dimanche que l’amélioration des symptômes était de nature à préparer le retour de M. Trump à la Maison Blanche, où il pourrait continuer avec les injections de remdesivir, entre autres, avec un traitement intraveineux prévu pendant cinq jours. . “Nous pouvons faire beaucoup de choses à la Maison Blanche”a déclaré la porte-parole du président, Alyssa Farah.

lire aussi Covid-19: selon l’un de ses médecins, la santé de Trump continue de “s’améliorer”

Donald Trump a donc demandé dimanche une photo d’un président hospitalisé mais au travail – “Fermement sous contrôle”Selon Robert O’Brien, son conseiller à la sécurité nationale, sur CBS. Le septuagénaire a distribué des photos de lui ” au travail “ de l’hôpital, et il a posté deux vidéos de l’hôpital. Samedi soir, il a admis que les prochains jours seraient “Le vrai test”Covid-19 est connu pour la dégradation soudaine de certains patients après une période initiale tolérable.

Le président américain a dû suspendre sa campagne électorale alors qu’il cherche un second mandat aux élections du 3 novembre.

Notre sélection d’articles sur l’élection présidentielle américaine

Le monde avec l’AFP

READ  Usa-France: l'obligation d'être testé au Conseil d'État

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *