60 étudiants en médecine positifs pour Covid-19

Le cluster semble avoir émergé suite à des journées d’intégration en médecine. Les premiers symptômes ont été ressentis par les étudiants dès mardi dernier.

60 cas sur 200 étudiants. Quelques jours après la rentrée, un cluster est apparu à l’Université de Médecine de Montpellier (Hérault), selon des informations rapportées par le quotidien local Midi gratuit ce mardi.

«Il y a un peu moins de 60 cas sur les 200 étudiants de la promotion», a déclaré Agnès Fichard-Carroll, vice-présidente responsabilité sociale à l’Université de Montpellier.

Cas de contact isolés

Selon les premières informations, il est une soirée d’intégration étudiante deuxième année de médecine, le premier week-end de septembre, qui est à l’origine du cluster. Les premiers symptômes ont été ressentis par les étudiants dès mardi dernier, rapporte le journal.

L’université assure que les cas de contact ont été isolés, et ont reçu instruction de consulter un médecin, mais “aucun cas positif n’a été signalé parmi les personnels” qui ont été en contact avec des étudiants, assure Agnès Fichard-Carroll. Les cas déclarés ont été signalés à l’Agence régionale de la santé.

Le vice-président rappelle que tout événement doit être déclaré avant autorisation et que les consignes de respect des gestes de barrière sont largement diffusées sur le campus. Des «agents de prévention» circulent depuis la rentrée scolaire pour sensibiliser les élèves à la propagation du coronavirus.

“C’est à nous de respecter les gestes de barrière”

Sur les réseaux sociaux, l’association des étudiants élus de Montpellier-Nîmes en médecine (Ademmoos) a posté un long message samedi rappelant que les cas positifs se multiplient dans la région, et à la faculté, et qu’il est nécessaire de respecter les mesures sanitaires pour éviter toute propagation.

«En tant que futurs professionnels de la santé, c’est à nous de respecter les gestes de barrière pour empêcher le virus de se propager, et non parce qu’ils nous sont imposés!», Écrivent-ils.

Dimanche, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a dénoncé un relâchement du respect des consignes sanitaires, notamment des gestes de barrière, parmi les étudiants, pointant du doigt des rassemblements privés. Plus de dix clusters ont déjà été identifiés dans l’enseignement supérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *