Lutte anti-terroriste: Le Maroc intéressé par le « Go Travel » lancé par l’ONU

L’ONU a annoncé mardi mettre à la disposition de ses Etats membres un nouveau programme informatique visant à mieux détecter les voyages de présumés extrémistes, un outil qui intéresse déjà une quinzaine d’Etats, dont le Sri Lanka, l’Irak ou le Maroc.

Baptisé « Go Travel », le logiciel est une version améliorée d’un portail informatique donné en 2018 par les Pays-Bas à l’Organisation des Nations unies.

D’une valeur estimée entre dix et quinze millions de dollars, il sera remis gratuitement aux pays qui le demanderont, à charge pour eux de se doter d’ordinateurs pour l’utiliser, selon l’ONU.

En évoquant les récents attentats au Kenya, en Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a rappelé devant l’Assemblée générale de l’ONU que « le fléau du terrorisme » avait « une portée mondiale ». « Ces attaques soulignent la nécessité d’un travail étroit entre partenaires à travers les Nations unies et au-delà ».

« Le programme lancé aujourd’hui aide à atteindre cet objectif », a-t-il dit.

Selon l’ONU, des pays du Moyen-Orient et d’Asie notamment, dépourvus de moyens perfectionnés sur l’identification des usagers du transport aérien ou maritime, devraient être particulièrement intéressés par ce nouvel outil.

Plusieurs résolutions de l’ONU obligent les Etats membres à avoir des systèmes d’identification des voyageurs tout en garantissant la protection des libertés individuelles.

Après les défaites territoriales du groupe jihadiste Etat islamique, des dizaines de milliers de combattants étrangers de plus de 110 pays pourraient être tentés de regagner leur pays d’origine ou de se rendre vers des Etats en situation de chaos.

Ils sont vulnérables lorsqu’ils voyagent, d’où l’intérêt de ce nouvel outil informatique pour suivre leurs mouvements et contrecarrer leurs éventuels projets, plaide-t-on à l’ONU.

« Détecter et gêner ces terroristes et autres criminels avant qu’ils ne commettent une attaque est une priorité principale pour la communauté internationale », a insisté Antonio Guterres.

Le programme « Go Travel » facilite le regroupement d’informations sur l’identification des voyageurs, leur analyse et leur partage entre les pays membres, selon l’Organisation, qui assure que tout a été mis en oeuvre pour garantir la protection des données.

Concernant la coordination internationale et le croisement d’informations, chaque Etat décidera de ce qu’il veut partager avec les autres, a-t-on précisé à l’ONU.

afp

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi