Face à la situation en Algérie, le Maroc opte pour le principe de non-ingérence

Le Maroc a affirmé samedi maintenir une attitude « de non-ingérence » par rapport aux manifestations massives dans l’Algérie voisine contre le président Abdelaziz Bouteflika.

Rabat, qui a des relations tendues avec Alger, s’est abstenu de tout commentaire depuis le début des manifestations initialement contre la candidature à un cinquième mandat de M. Bouteflika, 82 ans et affaibli par les séquelles d’un AVC.

Le mouvement, dont l’ampleur est inédite depuis 20 ans, s’est poursuivi après la décision lundi de M. Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, de reporter l’élection présidentielle sine die et de proroger son mandat.

« Le royaume marocain a décidé de se tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie, et s’est abstenu de tout commentaire à ce sujet », a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita.

« Le Maroc n’a ni à se mêler des développements internes que connait l’Algérie, ni à les commenter », a-t-il conclu.

Avec afp

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi