Rabat rapatrie de Syrie huit Marocains soupçonnés d’être liés au « terrorisme »

Huit Marocains ont été rapatriés dimanche de Syrie, pays en guerre depuis 2011, et feront l’objet d’enquêtes judiciaires pour « leur implication présumée dans des faits liés au terrorisme », a indiqué le ministère de l’Intérieur du Maroc.

« Les autorités marocaines compétentes ont procédé le 10 mars au rapatriement d’un groupe de huit ressortissants marocains qui se trouvaient dans des zones de conflit en Syrie », a précisé le ministère dans un communiqué.

Les forces antijihadistes en Syrie ont de leur côté indiqué avoir remis à Rabat des ressortissants marocains, mais sans préciser leur nombre ni quand ils ont été rapatriés.

« Les Forces démocratiques syriennes ont remis au gouvernement marocain des citoyens du Maroc qui étaient dans des camps dans le nord-est syrien », a déclaré Mustafa Bali, un porte-parole de cette force antijihadiste, sur Twitter.

Depuis le début le 9 février, dans l’est syrien, de l’offensive « finale » des FDS contre l’ultime réduit du groupe Etat islamique, des milliers de combattants jihadistes, dont de nombreux étrangers, ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de fuir parmi les civils.

Ces dernières semaines, des Marocaines sont sorties de ce réduit, avant d’être emmenées par les FDS dans des camps de déplacés dans l’est syrien. Les FDS réclament le rapatriement des jihadistes étrangers et de leurs familles dans leur pays d’origine.

L’opération de rapatriement « revêt un caractère humanitaire » et a permis à ces Marocains « de retourner dans leur pays d’origine en toute sécurité », a souligné le ministère de l’Intérieur à Rabat.

Ils « feront l’objet d’enquêtes judiciaires pour leur implication présumée dans des faits liés au terrorisme », a-t-il précisé, sans donner de détails sur leur identité.

Les Etats-Unis ont salué de leur côté les autorités marocaines pour « avoir rapatrié de Syrie huit combattants terroristes étrangers marocains ».

« Les actions du Maroc devraient encourager d’autres nations à rapatrier et juger leurs citoyens qui ont voyagé pour combattre pour l’EI », a déclaré le porte-parole du département d’Etat américain Robert Palladino dans un communiqué.

« Rapatrier les combattants terroristes étrangers dans leurs pays d’origine est la meilleure solution pour les empêcher de retourner sur le champ de bataille », a-t-il ajouté.

En 2015, le nombre de Marocains dans les rangs de groupes jihadistes en Irak et en Syrie était estimé à plus de 1.600. Beaucoup de ceux qui sont rentrés au Maroc ont été arrêtés et ont écopé de peines allant de 10 à 15 ans de prison.

afp

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi