La France envisage un plan lié à un Brexit sans accord

La France va déclencher un « plan lié à un Brexit sans accord » pour faire face à l’éventualité « de moins en moins improbable » d’une sortie brutale du Royaume-Uni de l’Union européenne, a annoncé jeudi le Premier ministre français Édouard Philippe.

Ce plan, préparé depuis avril 2018, « comporte des mesures législatives et des mesures juridiques qui visent à faire en sorte qu’il n’y ait pas d’interruption de droits et que les droits de nos concitoyens ou de nos entreprises soient effectivement protégés », a indiqué le chef du gouvernement français à l’issue d’une réunion avec plusieurs ministres à Matignon.

Le Sénat français doit adopter définitivement jeudi le projet de loi préparant la France à toute forme que prendrait la sortie du Royaume-Uni de l’UE, notamment un Brexit « dur ».

« Sur le fondement de cette loi d’habilitation », qui sera promulguée cette semaine, « cinq ordonnances seront présentées au Conseil des ministres mercredi et publiées dans les trois semaines qui viennent », a ajouté Edouard Philippe.

Ces ordonnances vont permettre à la France de disposer d’un cadre juridique qui répond aux enjeux d’un Brexit sans accord, a souligné le chef du gouvernement français.

M. Philippe a également annoncé « un plan d’environ 50 millions d’euros d’investissement dans les ports et les aéroports français », soit « les lieux les plus concernés par les modifications à apporter », ajoutant qu’un plan pour accompagner le secteur de la pêche, qui est « le plus susceptible d’être durement impacté par cette sortie sans accord », est également à l’étude.

Mercredi, la présidence française, réagissant au rejet massif par le Parlement britannique de l’accord de sortie négocié avec Bruxelles, avait affirmé qu’un scénario de No deal « serait très négatif pour la France qui est la porte d’entrée » d’une bonne partie des flux entre la Grande-Bretagne et le reste de l’Europe.

Face à un tel scénario, la France va intensifier ses préparatifs pour un Brexit sans accord, avait ajouté l’Elysée.

La chambre des Communes britannique a rejeté, mardi soir, l’accord de sortie négocié avec Bruxelles, par une majorité de 432 voix.

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi