Le Maroc serait-il derrière l’attribution de la CAN 2019 à l’Egypte ?

Plusieurs responsables du football d’Afrique du Sud ont amèrement regretté jeudi l’attribution à l’Egypte, plutôt qu’à leur pays, de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, dénonçant une décision « politique ».

« Techniquement, il n’y a pas de meilleur pays en Afrique que l’Afrique du Sud pour accueillir la Coupe d’Afrique des Nations », a constaté le chef par intérim de la Fédération sud-africaine, Russell Paul, sur une radio locale de Johannesburg.

« Nous n’avons pas de problème avec l’Egypte mais avec la façon dont le processus d’attribution s’est déroulé », a-t-il ajouté.

Le président de la Confédération africaine de football, le Malgache Ahmad Ahmad, a annoncé mardi que l’Egypte avait été préférée à l’Afrique du Sud pour accueillir la CAN du 15 juin au 13 juillet, après le retrait du Cameroun pour cause de retards.

La victoire de l’Egypte a été annoncée à l’issue d’un vote sans appel de 16 membres à 1, mais avancé de vingt-quatre heures sur le programme initial, du comité exécutif de la CAF, réuni dans la capitale sénégalaise Dakar.

« Une délégation sud-africaine s’était préparée pour une présentation mercredi quand nous avons découvert que les Egyptiens étaient déjà sur place depuis un moment pour plaider leur cause », a dénoncé Russell Paul.

Des bruits de couloirs au sein de la CAF laissent entendre que l’Afrique du Sud avait été punie par la CAF pour avoir préféré à celle du Maroc la candidature commune Etats-Unis/Canada/Mexique pour l’organisation de la Coupe du monde 2026.

« Le choix de l’Afrique du Sud pour les Etats-Unis, surtout après les critiques du président Donald Trump contre la population du continent, a été considéré comme anti-africain », a déclaré à l’agence AFP une source au sein de la CAF sous couvert de l’anonymat.

« L’Egypte était considérée comme favorite avant le vote, mais on ne s’attendait pas à un tel raz-de-marée », a-t-elle ajouté.

M. Trump avait provoqué un tollé il y a un an, selon ses propos rapportés par la presse, qualifiant les pays africains de « pays de merde ».

Sur un autre plan purement géopolitique cette fois-ci, l’Afrique du Sud ne cache pas son soutien inconditionnel aux séparatistes du Polisario dans le conflit qui les opposent au Maroc autour de l’intégrité territoriale du Royaume. Selon des observateurs avisés, l’influence du lobbying marocain au sein de la CAF aurait grandement contribué à faire basculer la balance du côté égyptien. Une façon de dire clairement à Pretoria qu’elle n’a plus le monopole de l’influence sur le continent africain dans une lutte d’intérêts qui s’étend désormais jusqu’aux terrains de football.

La rédaction avec afp

 

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi