Le Maroc a mis en échec 76.000 tentatives d’immigration clandestine en 2018

Les efforts de lutte contre l’immigration clandestine en 2018 ont permis de mettre en échec plus de 76.000 tentatives d’immigration clandestine et de démanteler 174 réseaux criminels actifs dans ce domaine, a indiqué le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb.

En réponse à une question orale sur le « phénomène de l’immigration clandestine au Maroc » présentée par le groupe de la Justice et du développement à la Chambre des conseillers, M. Boutayeb a souligné que l’action de lutte contre l’immigration clandestine a également permis de contrecarrer 30 « tentatives violentes » d’émigration illégale vers les présides occupés de Sebta et Melillia, rappelant que depuis 2002, plus de 3.400 réseaux criminels ont été démantelés alors que plus de 2.000 retours volontaires ont été organisés pour des migrants en situation irrégulière.

Le ministre a en outre mis l’accent sur l’approche humanitaire adoptée par le Maroc, en application des Hautes directives Royales en matière de migration, une politique qui s’est traduite par la régularisation de la situation administrative de 50.000 immigrés, surtout au moment où le dossier migratoire demeure au cœur de l’actualité sur la scène internationale. La mise en œuvre effective de cette stratégie, a-t-il dit, a permis le lancement d’une série de programmes sectoriels ayant autorisé les migrants et les membres de leurs familles de bénéficier de tous les services fournis aux citoyens marocains.

Sur le plan sécuritaire, M. Boutayeb a fait état d’une augmentation du nombre d’immigrés clandestins dans le Royaume en raison de la situation qui prévaut dans l’environnement régional du Maroc, soulignant à cet égard l’attrait qu’exercent les réseaux sociaux sur les jeunes pour tenter l’aventure de la migration vers l’Europe.

Parmi les facteurs encourageant les jeunes à immigrer, il a également cité l’apparition d’embarcations rapides à moteur, la présence d’une flotte de secours, le difficile renvoi des mineurs établis en Europe puisqu’ils bénéficient des lois européennes, en plus de l’accueil en Europe de plus de deux millions de demandeurs d’asile suite à la vague de migration dans le Vieux-continent.

map

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi