Billet: Y-a-t-il quelqu’un pour remettre les pendules à l’heure ?

Certains gouvernements ne peuvent rivaliser entre eux que par leur aptitude à faire descendre les foules dans la rue. Au Maroc, l’équipe actuelle a clairement fait mieux que la précédente en poussant des milliers de jeunes élèves à manifester contre le maintien de l’heure d’été. Une décision rocambolesque qui a suscité beaucoup de mécontentement, pour ne pas dire de refus, chez une majorité écrasante de marocains.

Aujourd’hui la situation est la suivante : Des jeunes qui au lieu d’étudier, se retrouvent dans la rue pour scander à tue-tête des slogans empruntés à d’autres contextes, souvent plus « sérieux », c’est bien là la preuve que quelque chose ne tourne pas rond dans ce pays…qu’on l’accepte ou pas !

Des gamins qui troquent leurs manuels scolaires contre des banderoles de refuzniks pour une loufoque histoire d’horloge déréglée, et qui serait, à y regarder de plus près, peut-être sérieusement amochée, est un fait d’arme que l’irresponsabilité même faite homme politique ne saurait assumer.

Des gosses qui savent à peine barboter dans des flaques d’eau ne devraient jamais prendre ce genre de vagues.

Aux dernières nouvelles, un lycéen de la ville de Meknès a trouvé la mort dans une manifestation du genre, accidentellement fauché par une voiture ! Dans ces situations, le drame est toujours à l’affut. Les récupérateurs aussi me direz-vous !

Certains ont parlé de providence ou de destin, d’autres moins sensibles aux coups du sort se contenteront d’énumérer un autre dommage collatéral de plus !

Mais le fait est qu’un gamin est mort et rien ni personne ne pourra le ramener à sa pauvre mère.

La voilà l’effroyable vérité de cette histoire…

Mais ce n’est pas tout ! La mort de ce garçon prend une tout autre signification dans ce contexte. La fin tragique du gamin qui sortait probablement de son bahut – lui et ses potes – dans l’intention malicieuse mais néanmoins benoîte de chahuter ces gouvernants que les réseaux sociaux mettent à nu un peu plus chaque jour, est la condamnation de toute une jeunesse jetée aux orties et piétinée du pied par ceux qui doivent la porter à bout de bras.

Je sais pour ma part, qu’en tenant ce genre de discours, on m’accusera forcément de négativisme. Voilà un autre nihiliste qui ne sait que distiller la sinistrose, diront les politiques aux discours grandiloquents et dont les propos seront à coup sûr repris en chœur par leurs bandes de groupies et leurs quelques aficionados recrutés le temps d’un mandat. Peu importe ! Je suis de ceux qui savent reconnaître l’imperceptible limite entre le patriotisme et le chauvinisme. J’aime mon pays et ma nature de patriote me dicte le devoir de m’inquiéter et de le dire.

Il est temps que quelqu’un pense à l’intérêt de cette jeunesse. Il est temps que quelqu’un pense à remettre les pendules à l’heure ! Il est temps que quelqu’un agisse…Tous ces jeunes, avantagés par le nombre et désavantagés par tout le reste, grandissent vite. Trop vite pour ne pas redouter le pire !

Le temps n’est plus notre allié…

Anass Benaddi / Directeur Fondateur www.lalettre.ma

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi