Casablanca: le Café Politis débat du harcèlement dans les lieux publics

La loi sur la violence faite aux femmes criminalisant le harcèlement de rue est une avancée majeure et peut contribuer au changement des mentalités, ont estimé, mercredi soir à Casablanca, les différents intervenants dans l’espace de dialogue sociétal  »Café Politis’’.

Ce texte, qui tend ainsi à protéger les femmes dans les lieux publics, est à même de contribuer au changement des mentalités, primordial dans la lutte contre les harceleurs et les violences à l’encontre de la gent féminine, et doit être appliqué pour enrayer l’impunité, ont-ils souligné lors de cette nouvelle édition de Café Politis sous le thème «Harcèlement, une loi certes ! Mais quelle(s) réalité(s) sur le terrain ?».

Le harcèlement commence au plus âge avec la distinction entre homme et femme et un long combat est indispensable pour le changement préconisé des mentalités, difficile et nécessitant même des générations, ont-ils relevé, dénonçant le problème de ‘’banalisation’’ de la société en matière du harcèlement, qui décourage les victimes à porter plainte.

Ils ont aussi fustigé «la responsabilisation» de la victime notamment pour cause de son habillement, estimant qu’il y a «une présomption de culpabilité», de «mensonge» et de «doute de la parole de la victime».

Plaidant pour l’application totale de la loi en question, ils ont appelé à la mise en place d’outils techniques et moyens humains en vue d’aplanir les difficultés dans les démarches judiciaires pour les victimes, entre autres, la création de postes de police et commissariats dédiés aux femmes victimes de violence, de viol et de harcèlement et surtout à la prévention et à la sensibilisation au sein des familles et des établissements scolaires pour l’accompagnement du changement des mentalités et de la mutation de la société.

Le Café Politis, fruit d’un partenariat entre l’association Marocains Pluriels et l’association Sqala, avait constitué, de 2011 à 2016, un laboratoire d’idées et de forum de débats ayant réuni des milliers de personnes, en majorité des jeunes pour discuter de sujets de société et confronter les opinions dans un débat ouvert et pluriel.

Lors de 40 précédentes éditions, il a ainsi permis aux jeunes de se tester et de se façonner à l’art de la rhétorique ainsi qu’à se réconcilier, entre autres, à la gestion de la chose publique et à s’initier aux valeurs de diversité, d’ouverture et de tolérance.

map

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi