BLOG: J’ACCUSE!!!!… LETTRE AU GOUVERNEMENT MAROCAIN – par Maria Mounadi

Dans mes articles, les mots que j’utilise sont simples ; et cette fois-ci encore je ne ferai ni mon Molière ni mon Baudelaire. Cela dit, je me permets de voler à Zola son « J’accuse ». Oui car aujourd’hui j’accuse !!!

Aujourd’hui, je me permets de parler au nom d’une population méprisée, au nom de cette population opprimée.
Les pronoms « Je » et « Nous » qui représenteront dans mon écrit le sentiment général de mes frères et sœurs, et ce que j’en déduis. Alors…

J’accuse ceux qui me font croire que mon pays est en voie de développement. Au contraire, on se développe, mais la base avance à reculons !

La seule chose de positive (pour vous) est ce petit « + » que vous avez rajouté à notre horaire naturel. Les problèmes de fond du pays deviennent pour vous virtuels. J’accuse, ceux qui détruisent les écoles publiques pour donner lieu à un Bâtiment, banalisant ainsi mon éducation !

J’accuse, celui qui, un jour, derrière son micro a dit « Si je suis au gouvernement, vous allez voir les choses autrement » !

J’accuse ces gens, qui à cause d’eux, les diplômés restent chômeurs et le demeurent !

J’accuse ces gens, à cause de qui, cette ignorance devint violence !

J’accuse ces gens, à cause de qui, la haine est devenue le sentiment de notre population marocaine !

J’accuse ces gens qui ont créé cette inégalité dans mon pays ! Pour moi mais pour mes petits aussi.

Mes enfants, l’inégalité avec eux est née. A cause de vous, leur destin est déjà écrit. Bye bye leur vie .

J’accuse ces gens qui ont fait de notre terre, leur terre ! J’accuse ceux qui m’ont mis dehors, ceux qui ont fait de moi un sdf. J’accuse ces gens, qui ont fait de mon quartier un ghetto. Et nous des salops !

J’accuse ces gens qui ont fait de notre espoir, un désespoir ! Vous m’avez promis, moi j’ai voté et vous, vous m’avez délaissé. Ma demande était simple pourtant « Je veux exister, je veux être considéré »

J’accuse ceux qui ne m’ont pas aidé à avancer ! Pourquoi? Pourquoi je n’ai pas le droit d’apprendre, de me cultiver ? Pourquoi mes enfants n’ont pas le droit d’aller à l’école ? Cette institution qui aurait pu faire de moi un être qui décolle. Et mes enfants ? Doivent-ils subir cette oppression ? Non non et non !!!!

J’accuse ceux qui ont fait de ma vie un calvaire alors que je suis censée vivre dans un état de droit, de minimum scolaire.

Pourquoi je n’ai pas le droit de me soigner dans un endroit propre et stérilisé.

J’accuse ceux qui ont tué mes parents ! Je n’avais pas de quoi les soigner.

Arrivé à l’hôpital, j’étais déjà celui qui n’avait pas de quoi payer. Il paraît qu’on appelle ça un Hôpital. En y rentrant, ils étaient de plus en plus mal.

J’accuse ceux qui ont fait de moi un sans emploi, maladroit !

J’accuse ces gens, qui ont fait de nous, des individualistes, et de mes frères et sœurs, mes ennemis !

À cause de vous, nous ne sommes plus unis. A cause de vous, nous sommes amaigris par un système qui nous a affaiblis et qui a bouffé toute notre énergie.

J’accuse ces gens qui ont fait des riches des (sur-riches) et de nous des transparents!

Pourtant je suis là, devant toi, Coucou tu me vois ?? Je suis debout en chair et en os et dans tes yeux je te regarde. Alors réponds- moi.

Ben oui, l’autre est riche et il peut tout se permettre. Tu as même fait de lui quelqu’un d’arrogant.

J’accuse ceux qui lui ont donné le feu vert pour me mépriser !

S’il passe à côté de moi, il changera de voie pensant que je suis un sans loi.
Je suis, « ouled chaab, Chemkar, Khich Bich, ouled lkhadama, gardien, Bouzebal, cheffar…. »
Ce même riche, quand il est hors la loi. Quand il tue des vies, il larmoie. Son père le sauve de cette justice qui devient pour moi une injustice.

J’accuse ceux qui prennent des décisions sans se poser de questions. J’accuse ceux qui ont fait de ce pays un territoire décalé. Une heure en plus ou en moins est devenu aujourd’hui votre priorité. Les conséquences de cette heure en plus vous y avez pensé. Ohhhh noooon, mais la décision vous l’avez précipitée. Ne parlons pas du niveau de vie qui à cause de vous a augmenté. Vous nous avez étouffé.

L’éducation, la santé, la justice, ces maux qui sur nos épaules s’alourdissent.

J’accuse !!…Je vous accuse vous chers membres du gouvernent !
Oui je vous accuse vous car le peuple n’a plus confiance en vous.
Toi gouvernement tu m’as manipulé pourtant tu promettais une générosité.
Et tu te poses encore la question ? Pourquoi quittent-ils le pays ?
J’y croyais en cette lumière, elle éclairait mes espérances.
Mais aujourd’hui, je sais que l’espoir n’est que le début d’une misère éternelle.
J’ai tenu ma promesse, j’ai voté pour vous. j’ai même construit un petit château de sable avec tes paroles, à cette époque, honorables.
Ce château ressemblait, à une école, un hôpital, à une justice. Vous l’avez détruit. Vous êtes les terroristes de mon rêve.
Aujourd’hui je n’ai que cet horizon, cette mer, et à mes pieds les restes de mon château.
Puis-je te demander une chose?
Sois sans cruauté et laisse-moi passer de l’autre côté. Laisse-moi construire mon château du côté de la méditerranée.
Au moins là-bas, on ne marchera pas sur ma fierté et ma dignité ni celle de mes enfants.

J’attendrai le jour, où tu me supplieras pour revenir. Le jour où tu regretteras tes écarts je te dirai « Désolé, c’est trop tard »

Adieu mon pays!!!

Moi Maria Mounadi j’accuse!!!!

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi