L’ex-garde du corps de Riss écarté pour radicalisme. Ses collègues témoignent

L’ex-officier de sécurité du directeur de Charlie Hebdo, Riss, écarté du service de la protection, a été soupçonné à tort de radicalisation, ont assuré mardi à Reuters ses collègues

Chargé un temps de la protection de l’imam modéré de Drancy, Hassen Chalghoumi, jusqu’ici jugé irréprochable et félicité par ses supérieurs, il s’est vu refuser son habilitation au secret défense par la Direction générale de la sécurité intérieure début octobre, précisent-ils.

Il est reproché à ce policier d’une quarantaine d’année marié à une avocate d’avoir diffusé sur un réseau social une vidéo montrant des combattants tirant à la kalachnikov et se terminant par un chant religieux, ajoutent-ils.

Selon les mêmes sources, ce moniteur de tir entendait juste montrer aux collègues auxquels il avait adressé cette vidéo les erreurs commises par ces combattants dans la manipulation de l’arme favorite des djihadistes.

« Il est tout sauf radicalisé », a déclaré à l’agence Reuters un de ses collègues, familier de ce dossier. « Il compte faire un recours. » « On ne l’a jamais interrogé. Son supérieur lui a seulement dit un jour qu’il y avait un problème avec son habilitation, sans lui donner d’explication », renchérit un autre collègue.

Selon ce deuxième collègue, il avait critiqué l’organisation de la protection de l’imam de Drancy.

Ecarté du SDLP, il n’a pas été suspendu mais mis en congé en attendant sa mutation dans un autre service, précise-t-on de mêmes sources.

Interrogé par France Inter mardi matin, le procureur de la République de Paris, François Molins, qui quitte ses fonctions après sept ans passés à ce poste sensible, est convenu que le risque de radicalisation existait aussi dans la police et dans les services publics.

Mais il a dit n’avoir eu vent des doutes émis par la DGSI sur ce policier que par la presse. « J’ai été aussi étonné que vous, je n’en sais pas plus », a-t-il déclaré.

La rédaction de Charlie Hebdo a été décimée le 7 janvier 2015 par un attentat qui a fait 12 morts perpétré par deux assaillants se proclamant djihadistes.

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi