La Parlement européen décerne le Prix Sakharov à un prisonnier politique

Oleg Stensov était en lice avec le chef du Hirak, Nasser Zefzafi, et un groupe d’ONG qui portent secours aux migrants en Méditerranée.

Le Parlement européen a décerné jeudi son prestigieux Prix Sakharov au cinéaste ukrainien emprisonné en Russie Oleg Sentsov, récompensant « une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l’Homme dans le monde », ont annoncé les groupes politiques.

Originaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie en 2014, Oleg Sentsov, 42 ans, est détenu dans la colonie pénitentiaire russe de Labytnangui, au-delà du cercle polaire arctique.

Ce père de deux enfants, arrêté chez lui en mai 2014, a été condamné en août 2015 à 20 ans de prison pour « terrorisme » et « trafic d’armes », à l’issue d’un procès qualifié de « stalinien » par l’ONG Amnesty International.

Il avait débuté une grève de la faim à la mi-mai pour obtenir la libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens détenus en Russie, avant d’y mettre fin 145 jours plus tard, début octobre, afin, disait-il, d’éviter d’être « nourri de force ».

Le G7 ainsi que de nombreuses personnalités politiques ou du monde culturel ont appelé à sa libération.

Le Prix Sakharov lui sera remis lors d’une cérémonie solennelle prévue le 12 décembre dans le vaste hémicycle de Strasbourg. Mais son absence étant fort probable, un membre de sa famille pourrait être appelé à le recevoir en ses lieux et place.

A plusieurs reprises depuis sa création en 1988, le Prix Sakharov a fait figure d’antichambre du prix Nobel de la Paix. Son premier lauréat, Nelson Mandela, a été « nobélisé » en 1993. Et tout récemment encore, en 2018, la Yazidie Nadia Murad, (Prix Sakharov 2016) et « l’homme qui répare les femmes », le gynécologue congolais Denis Mukwege (2014), ont été récompensés ensemble par le comité norvégien.

Doté de 50.000 euros, le Prix Sakharov doit son nom au scientifique soviétique Andreï Sakharov (1921-1989), grande figure de la dissidence à l’époque de l’URSS.

avec afp

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi