Tariq Ramadan reconnaît des relations sexuelles consenties mais nie le viol

Tariq Ramadan, mis en examen pour le viol de deux femmes avec lesquelles il niait jusqu’ici tout rapport physique, a finalement reconnu lundi devant les juges d’instruction avoir eu avec elles des relations sexuelles « consenties », a déclaré son avocat.

Les messages échangés entre l’intellectuel musulman et ces deux femmes « démontrent que les parties civiles ont menti et que les relations sexuelles ont été parfaitement souhaitées, consenties et même par la suite de nouveau recherchées.

Les révélations récentes de ces messages « lui ont permis de reconnaître qu’il avait eu des relations sexuelles avec Henda Ayari et Paule-Emma Aline », surnommée « Christelle » dans les médias, a affirmé Me Emmanuel Marsigny.

« Ces éléments démontrent de manière éclatante qu’il n’y a jamais eu viol », a-t-il insisté. « Les messages entre M. Ramadan et ses accusatrices ne laissent aucun doute quant à la nature des jeux sexuels auxquels les uns et les autres avaient l’intention de se livrer et se sont livrés de manière parfaitement consentante. »

Me Emmanuel Marsigny a annoncé qu’il avait déposé une nouvelle demande de remise en liberté pour Tariq Ramadan, en détention provisoire depuis le 2 février, et qu’une plainte pour dénonciation calomnieuse et de crimes imaginaires suivrait.

Avec agences

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi