Afrique du Sud : L’ANC veut se débarrasser de Jacob Zuma

Le Congrès national africain, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a décidé mardi de se débarrasser du très controversé président du pays Jacob Zuma, dont les refus répétés de démissionner ont plongé le pays dans la crise.

Depuis son arrivée à la tête de l’ANC en décembre, Cyril Ramaphosa cherche à pousser vers la sortie M. Zuma, mis en cause dans de nombreuses affaires de corruption, afin d’éviter une catastrophe aux élections générales de 2019.

L’ancien homme d’affaires a d’abord choisi la manière douce et négocié directement avec le président. Mais ces tractations ont échoué, et devant la frustration de l’opposition, de l’opinion publique et de membres de son parti, il est passé à l’offensive en convoquant lundi l’organe le plus puissant du parti.

Au terme de discussions-marathon, le Comité national exécutif de l’ANC a « rappelé » mardi avant l’aube le président en le sommant de démissionner dans les 48 heures.

Ni le parti, ni le président, muet depuis plusieurs jours, n’ont encore communiqué officiellement sur l’issue de la réunion, mais le parti avait prévu une conférence de presse à son quartier général de Johannesburg mardi à 12H00 GMT. En théorie, c’est donc la fin pour Jacob Zuma.

Mais le président, réputé retors, n’a aucune obligation constitutionnelle de se soumettre à la décision du NEC.

S’il refuse d’obtempérer, l’ANC lui forcera la main, a mis en garde Cyril Ramaphosa lors de tractations de dernière minute dans la nuit avec le président Zuma. Il déposera très rapidement une motion de défiance au Parlement.

Lalettre.ma avec AFP

Inscrivez-vous à notre newsletter
Avec la newsletter quotidienne du Lalettre.ma, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Lire aussi